Faits divers – Justice

Affaire Karachi : les cas Balladur et Léotard transmis à la Cour de justice de la République

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 26 mars 2014 à 13:25

Édouard Balladur était Premier ministre à l'époque des faits
Édouard Balladur était Premier ministre à l'époque des faits © MaxPPP

Mercredi, la Cour de cassation a annoncé que les cas d'Édouard Balladur et François Léotard avaient été transmis à la Cour de justice de la République, pour qu'elle rende son avis sur l'ouverture d'une enquête visant les deux anciens ministres. Les investigations concernent le volet financier de l'affaire Karachi.

Des contrats d'armement ont-ils servi à financer illégalement la campagne présidentielle d'Édouard Balladur ? Dans le volet financier de l'affaire Karachi, une nouvelle étape vers un procès de l'ancien Premier ministre a été franchie mercredi. Les cas d'Édouard Balladur et de son ancien ministre de la Défense François Léotard ont été transmis à la CJR, la Cour de justice de la République, seule instance compétente quand il s'agit de faits commis par des ministres en fonction.

Un avis décisif

Le procureur général près la Cour de cassation a demandé à la CJR son avis sur l'ouverture d'une enquête visant les deux anciens membres du gouvernement. Sur ces investigations, les juges financiers Renaud van Ruymbeke et Roger Le Loire s'étaient déclarés incompétents. C'est donc maintenant à la Cour de justice de la République de décider si elle veut ou non ouvrir une enquête sur ces soupçons de corruption, avec éventuellement un procès à la clé.

Détournement d'argent et attentat

En plus des soupçons de financement illégal de la campagne présidentielle de Balladur en 1995, la justice étudie aussi un éventuel enrichissement personnel via ces contrats d'armement.

En 2002, l'attentat de Karachi a tué 15 personnes dont 11 ouvriers français. La justice pense aujourd'hui qu'il est en lien avec l'arrêt du versement par la France de commissions liées à des contrats avec le Pakistan.

Partager sur :