Faits divers – Justice

Affaire Kerviel : un enregistrement met en cause la responsabilité de la Société Générale

Par Julien Baldacchino, France Bleu lundi 18 janvier 2016 à 11:32

Jérôme Kerviel, en octobre 2015
Jérôme Kerviel, en octobre 2015 © Maxppp

Alors qu'une audience doit avoir lieu ce lundi en vue d'une révision du procès de Jérôme Kerviel contre la Société Générale, Mediapart et 20 Minutes révèlent le contenu d'un enregistrement d'une juge. Elle assure que la Société Générale était au courant des manipulations du trader.

C'est l'enregistrement qui pourrait faire basculer l'affaire Kerviel. Ce lundi, les médias Mediapart et 20 Minutes révèlent conjointement le contenu d'enregistrements de la magistrate Chantal de Leiris, ancienne juge à la section financière du parquet de Paris. Des enregistrements dans lesquels la juge fait part de ses réserves quant au fait que la Société Générale n'était pas au courant des agissements de son trader, qui a fait perdre 4,82 milliards d'euros à la banque en 2008.

"La Société Générale, savait (...), c'est évident", affirme Chantal de Leiris dans cet enregistrement, selon les journalistes qui y ont eu accès. "Quand vous en parlez, tous les gens qui sont un peu dans la finance, ils rigolent, sachant très bien que la Société Générale savait", dit-t-elle également. Elle met notamment en cause des scellés qui n'ont jamais été ouverts lors de l'instruction ni lors des procès. Ou encore des enregistrements de conversations entre Kerviel et sa direction qui ont partiellement disparu.

"Instrumentalisée" par la Société Générale

La juge a été enregistrée à son insu par la commandante de police Nathalie Le Roy, qui a enquêté sur l'affaire, explique Mediapart. Celle-ci a avait effectué une disposition, en 2015, devant le juge d'instruction chargé de l'affaire, expliquant qu'elle soupçonnait des dysfonctionnements dans l'enquête. "J'ai eu le sentiment d'être instrumentalisée par la Société Générale", avait-elle déclaré. Sa déposition a été démentie par sa propre hiérarchie, qui affirmait que "depuis son AVC elle a des trous de mémoire", et plusieurs appels anonymes à son domicile l'ont menacée. 

"Ma hiérarchie, qui pendant 23 ans appréciait mon travail, pose le discrédit sur mon travail, mon enquête, ma personne depuis ma déposition". 

— Nathalie Le Roy

En septembre dernier, au cours d'une rencontre avec la juge Chantal de Leiris, Nathalie Le Roy a enregistré leur conversation, qui atteste que la juge a elle aussi d'importants doutes. Dans les bandes récupérées par Mediapart, la magistrate confirme avoir reçu "des pressions, des ordres venus d'au-dessus" pour classer sans suite deux plaintes déposées par Jérôme Kerviel contre son ancien employeur. 

Vers une révision du procès ?

Ces révélations interviennent le jour où l'ancien trader engage une nouvelle procédure judiciaire pour obtenir une révision de son procès. Ce lundi, il sera entendu lors d'une première audition, qui déterminera si la demande de révision est recevable ou non. "La demande de révision est fondée sur le témoignage de Madame Le Roy, qui se base sur des éléments qui ne sont ni démontrés ni nouveaux", assure l'avocat de la Société Générale.  

Jérôme Kerviel a été condamné en avril 2014 à cinq ans de prison dont trois ferme, et initialement à rembourser 4,9 milliards d'euros à la Société Générale, une amende finalement annulée par la Cour de Cassation.