Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Chirurgien pédophile : l'affaire Joël Le Scouarnec

Affaire Le Scouarnec : l'ex-chirurgien mis en examen pour 312 faits d'agressions sexuelles ou viols

L'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec a été mis en examen ce jeudi pour 312 faits d’agressions sexuelles ou viols. Il a été placé en détention provisoire, indique le procureur de la République de Lorient. Il doit être jugé à partir du 30 novembre pour les mêmes faits sur d'autres victimes, mineures.

L'ex-chirurgien Joël LMe Scouarnec est mis en examen pour 312 agressions sexuelles ou viols sur mineurs
L'ex-chirurgien Joël LMe Scouarnec est mis en examen pour 312 agressions sexuelles ou viols sur mineurs © Radio France - Lagain Aurelie

C'est un chiffre qui donne le tournis. L'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec a été mis en examen ce jeudi pour 312 agressions sexuelles ou viols sur des enfants. Pour cinq autres cas, les faits n’ont pas pu être caractérisés et 26 situations sont "définitivement prescrites", a indiqué le procureur de la République de Lorient lors d'une conférence de presse. Dans le même temps, une enquête préliminaire est ouverte contre X pour non dénonciation de crimes.  

"Distant et détaché"

Extrait ce mardi de sa cellule de Saintes, il avait été placé en garde à vue à Lorient. L'ex-chirurgien s’est montré "distant et détaché" avec "une absence opportune de souvenirs", a relevé de procureur, et il a "fini par concéder certains faits" et a "regretté le mal qu’il aurait pu causer". C'était la première fois qu'il était entendu dans le cadre de l'enquête préliminaire qui portait initialement sur près de 350 viols et agressions sexuelles présumées sur des enfants dans les hôpitaux où il exerçait. 

L'homme est incarcéré en attendant un autre procès. Il doit déjà être jugé à partir du 30 novembre par la Cour d'assises de Charente-Maritime pour d'autres viols et agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess