Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Chirurgien pédophile : l'affaire Joël Le Scouarnec

Affaire Le Scouarnec : les parents de sa première accusatrice demandent un procès public

-
Par , , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Le premier procès de l'ex-chirurgien de Jonzac aura lieu du 13 au 17 mars devant la cour d'assise de Saintes (Charente-Maritime). Joël Le Scouarnec sera jugé pour quatre premières affaires de viols et agressions sexuelles. Mais les parties civiles sont divisées sur la question du huis clos.

Conférence de presse de la procureure de Lorient, Laureline Peyrefitte, sur l'affaire dite Le Scouarnec, le 20 décembre 2019.
Conférence de presse de la procureure de Lorient, Laureline Peyrefitte, sur l'affaire dite Le Scouarnec, le 20 décembre 2019. © Radio France - Roméo van Mastrigt

Dans l'affaire Le Scouarnec, un premier procès se déroulera du 13 au 17 mars prochain de la cour d'assises de Saintes, en Charente-Maritime. L'ex-chirurgien de Jonzac, Joël Le Scouarnec sera jugé pour viols et agressions sexuelles sur quatre mineurs au moment des faits : une patiente, deux nièces (elles sont désormais toutes les trois majeures). Et une fille âgée de 9 ans aujourd'hui. Elle est à l'origine de son arrestation en 2017, à Jonzac (Charente-Maritime) où il résidait. Cette jeune voisine est la première à avoir dénoncé ses agissements. 

C'est lui qu'elles protègent une fois de plus 

Ses parents demandent un procès public. "Pourquoi devrait-on se cacher ? (...) Si elle n'avait pas parlé, ce chirurgien serait toujours en activité", affirmaient-ils  dans une interview au Journal du Dimanche. Les deux nièces demandent quant à elles le huis clos

Je veux libérer la parole, dénoncer l'omerta qui régnait dans cette famille

Incompréhensible pour Laura et Jérôme. Les parents de la première accusatrice de l'ancien chirurgien se sont exprimés lors d'une conférence de presse, ce vendredi à Paris : "elles veulent se protéger mais pour moi, c'est lui qu'elles protègent une fois de plus", assure la mère. Son compagnon poursuit "ce choix, déjà parce que je ne suis pas là pour faire un repas de famille avec la famille Le Scouarnec. Je veux libérer la parole, dénoncer l'omerta qui régnait dans cette famille. Certains n'ont pas été capables de le dénoncer, ma fille l'a fait donc je veux que ce soit public"

Le couple veut aussi des réponses : pourquoi notamment, Joel Le Scouarnec a pu continuer d'examiner des enfants malgré sa condamnation pour détention d'image pédopornographiques en 2005 : "pourquoi les investigations n'ont-elles été plus loin ? Pourquoi l'ordre des médecins n'a pas fait le nécessaire ?" s'interroge Jérôme. 

Me Thibaut Kurzawa, l'avocat de l'accusé, dit sa "perplexité" quant à la "sérénité des débats" si l'audience devait être publique. La question du huis clos sera débattue à l'ouverture du procès. Elle sera tranchée par la présidence du tribunal. 

Joël Le Scouarnec est accusé de 349 viols et/ou agressions sexuelles. Il a partiellement reconnu les faits, il nie les viols. Après la plainte de la jeune voisine, les enquêteurs ont découvert des carnets sordides dans lesquels il décrivait des agressions, 200 noms d'enfants y était consignés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu