Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Nordahl Lelandais

Affaire Maëlys : des poursuites pour viol à l'encontre de Nordahl Lelandais sont désormais envisageables

Les décisions rendues ce mercredi par la cour de cassation laissent la possibilité de poursuites pour viol à l'encontre de l'unique suspect du meurtre de la petite Maëlys.

Nordahl Lelandais, habitant de Domessin (Savoie), est en détention provisoire depuis début septembre. Il est actuellement à la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère)
Nordahl Lelandais, habitant de Domessin (Savoie), est en détention provisoire depuis début septembre. Il est actuellement à la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) © Radio France

Il s’agissait de décisions attendues et importantes dans le dossier du meurtre de Maëlys de Araujo, dans la nuit du 26 au 27 août 2017, à Pont-de-Beauvoisin (Isère). Nordahl Lelandais est l'unique suspect, mis en examen pour enlèvement et meurtre.

Ce mercredi, la cour de cassation a rendu plusieurs décisions après avoir étudié, le 4 juin, des pourvois formulés aussi bien par l'avocat de l'ancien maître-chien que du parquet général près la cour d'appel de Grenoble.

Plus rien ne s'oppose à une mise en examen pour viol - Fabien Rajon, avocat des parents de la fillette

La cour de cassation demande à ce qu'une décision, prise en septembre 2019 par le parquet de Grenoble, rejetée par la chambre de l'instruction soit finalement conservée. Il s'agit d'un réquisitoire supplétif tendant à une mise en examen du chef de meurtre précédé de viol. 

Autrement dit, la décision de la cour de cassation ouvre la porte à une mise en examen pour viol et donc la possibilité de poursuites de ce registre devant la Cour d'assises, en plus du meurtre et de l'enlèvement. Ce sont les juges d'instruction qui au final auront le dernier mot. L'avocat des parents de Maëlys, Me Rajon, souhaitait un tel scénario et se félicite ce mercredi de cette décision.

"Plus rien ne s'oppose juridiquement parlant à une mise en examen pour viol (...) Nous, notre souhait est que devant la Cour d'assises on puisse débattre de ces question et que le procès d'assises ne soit pas un procès au rabais", indique Me Rajon. Précisons qu'en raison de la découverte du corps de la fillette six mois après sa disparition, il n'existe pas de preuves matérielles d'un viol, mais de fortes présomptions pour l'avocat de ses parents. 

Me Rajon, avocat des parents de Maëlys.

L'avocat de Nordahl Lelandais, qui a refusé de s'exprimer, demandait aussi à ce que les déclarations d'un co-détenu à qui son client aurait confié avoir violé la fillette soient annulées. Ce témoignage accablant reste dans le dossier.

Par ailleurs, la cour de cassation, plus haute juridiction du pays, rejette une autre demande de la défense de Nordahl Lelandais, cette fois sur la nullité d'un rapport d'expertise psychologique. Le document décrit un homme qui « a exercé une emprise prédatrice sur ses victimes ». Me Jakubowicz estimait que cela constituait une atteinte à la présomption d’innocence. Le cabinet d'avocats qui le représentait devant la cour de cassation n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Le communiqué du parquet

-
-
Choix de la station

À venir dansDanssecondess