Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Nordahl Lelandais

Affaire Maëlys : l'avocat de Nordahl Lelandais se pourvoit en cassation après le maintien d'une expertise psy

Ce mardi, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble décidait de ne pas accéder à une demande de l'avocat de Nordahl Lelandais, à savoir la nullité d'une expertise psychiatrique défavorable à son client dans le dossier Maëlys. Il se pourvoit en cassation comme il en a le droit.

Maître Alain Jakubowicz, avocat de Nordahl Lelandais.
Maître Alain Jakubowicz, avocat de Nordahl Lelandais. © Maxppp - Christophe Morin

Mardi 27 avril, la défense de Nordahl Lelandais essuyait un coup dur dans l'affaire Maëlys. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble décidait, en effet, ce 27 avril de maintenir dans ce dossier une expertise psychiatrique peu favorable à Nordahl Lelandais, unique suspect dans l'enlèvement et la mort de la fillette, fin août 2017, au Pont-de-Beauvoisin (Isère). Le Savoyard, aujourd'hui âgé de 38 ans, présente selon cette expertise un "état dangereux au sens psychiatrique" et sa "personnalité antisociale", soumise à "des addictions" et à un "trouble du contrôle des impulsions sexuelles", se caractérise par une "propension au passage à l'acte agressif". 

"La défense de Nordahl Lelandais veut gagner du temps" - Me Fabien Rajon, avocat des parents de Maëlys

Comme il en avait la possibilité, son avocat Me Alain Jakubowicz a décidé de formuler un pourvoi devant la cour de cassation, la plus haute juridiction du pays, avec l'espoir que cette expertise ne soit finalement pas maintenue dans la procédure. Devant la cour de cassation, le fond de l'affaire n'est pas réexaminé, mais il est vérifié que la règle de droit a bien été respectée. 

Me Jakubowicz contestait la partialité de l'un des deux auteurs de cette expertise, que son client avait lui même sollicitée, au motif que cet expert s'était exprimé deux ans auparavant dans une émission de télévision sur les tueurs en série (C dans l'air" diffusée sur France 5 le 30 mars 2018). Dans son arrêt, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble a considéré que l'expert n'a "pas outrepassé sa mission et s'est contenté de donner des explications psychiatriques sur les actes reprochés".

La cour de cassation doit désormais étudier cette demande. Mardi, Me Fabien Rajon, avocat des parents de Maëlys, confiait à France Bleu Isère s'attendre à une procédure qui devrait retarder la fin de l'instruction. "Nous attendons l'ordonnance par laquelle les juges d'instruction renverront Nordahl Lelandais devant la cour d'assises. S'il devait y avoir un pourvoi, ça pourrait retarder de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois cette échéance. Et ce serait, à mon sens, une démarche purement dilatoire pour tenter, du côté de la défense de Nordahl Lelandais de gagner du temps. Pas d'inquiétude, mais toujours une extrême vigilance parce que derrière ces questions stratégiques, il y a de véritables enjeux et notre volonté c'est de faire en sorte, que le moment venu, devant la cour d'assises de l'Isère, les jurés aient accès à tous les éléments permettant de cerner la dangerosité de Nordahl Lelandais."

Précisons que l'avocat de Nordahl Lelandais se refuse à tout commentaire depuis de nombreux mois. Nordahl Lelandais doit comparaître à compter de ce lundi 3 mai devant les Assises de la Savoie, à Chambéry, pour le meurtre du caporal Arthur Noyer, en avril 2017, quelques mois avant le décès de Maëlys De Araujo. Dans ce dossier, il est évoqué un procès devant les Assises de l'Isère fin 2021-début 2022.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess