Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Nordahl Lelandais

Affaire Maëlys : une deuxième photo troublante et des recherches toujours en cours

jeudi 30 novembre 2017 à 16:31 Par Denis Souilla, France Bleu Besançon, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Nordahl L. a été auditionné par les juges d'instruction jeudi au palais de justice de Grenoble. Pendant ce temps, les recherches continuent au Pont-de-Beauvoisin (Isère) pour trouver des traces de Maëlys disparue depuis le 27 août. Le suspect a aussi été confronté à une nouvelle photo troublante.

La voiture de gendarmerie transportant Nordahl L., principal suspect, mis en examen, dans l'enquête sur la disparition de Maëlys
La voiture de gendarmerie transportant Nordahl L., principal suspect, mis en examen, dans l'enquête sur la disparition de Maëlys © Maxppp -

Grenoble, France

Nordahl L. a été entendu dès jeudi matin au palais de justice de Grenoble par trois juges d'instruction, en charge de l'enquête sur la disparition de Maëlys, cette fillette de 9 ans disparue dans la nuit du 26 au 27 août au Pont-de-Beauvoisin (Isère) lors d'une fête de mariage. L'homme a pu être interrogé pour la première fois sur le fond de l'affaire par des magistrats.

L'ancien militaire de 34 ans, mis en examen pour "enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans", a notamment pu être confronté aux éléments incohérents évoqués lors de précedentes auditions. Il a également été confronté à un nouvel élément : une deuxième photo, prise la nuit de la disparition de la fillette, où son véhicule supposé apparaîtrait.

Une première photo

Le 19 octobre, une photo floue et troublante avait déjà accentué le mystère autour de la disparition de Maëlys de Araujo. Au cours de leur enquête, les gendarmes avaient mis la main sur un cliché, issu d'une caméra de surveillance d'un commerce du Pont-de-Beauvoisin, où l'on verrait une forme blanche dans la voiture du principal suspect. L'image floue, de basse qualité, aurait été prise le 27 août vers 3 heures du matin. Une silhouette blanche apparaîtrait à la place du passager, dans l'Audi A3 de Nordahl L. C'est d'autant plus troublant que la fillette disparue portait une robe blanche, au col rond et sans manches, le jour du mariage où elle a disparu. Le conducteur n'avait pu être identifié par la police scientifique.

Une seconde photo tout aussi troublante

Cette fois, c'est une nouvelle photo qui serait en possession des enquêteurs. Que voit-on sur ce cliché pris une trentaine de minutes après le premier ? La voiture serait la même, toujours l'Audi A3 du mis en examen, identifiable grâce à des autocollants sur certaines vitres ou à un défaut d'éclairage, mais il n'y aurait plus cette silhouette blanche distinguée auparavant sur le siège passager.

Combien de fois s'est-il absenté ?

Nordahl L. a reconnu s'être absenté une fois durant la fête de mariage, il s'est changé et a jeté son short. Il s'est précisément absenté à des "créneaux horaires pouvant correspondre à la disparition de Maëlys" précisait le parquet le 4 septembre. Le suspect avait alors expliqué s'être changé à son domicile, distant de quelques kilomètres à Domessin (Savoie), car il avait taché ses vêtements avec du vin. S'est-il absenté de la fête une ou plusieurs fois ? Pourquoi n'a-t-il pas signalé l'existence d'un deuxième téléphone personnel qui a borné à deux endroits différents entre trois et quatre heures du matin ?

Les recherches continuent au Pont-de-Beauvoisin

Les gendarmes enquêteurs sont toujours dans le secteur du Pont-de-Beauvoisin ce jeudi à la recherche d'éventuels indices. Selon des sources proches de l'enquête, ces investigations n'ont pas de rapport direct avec l'audition du suspect menée mardi au palais de justice de Grenoble par trois juges d'instruction. Les gendarmes et équipes cynophiles n'ont donc pas été déployés sur le terrain suite à d'éventuelles révélations dans cette affaire.

Le Pont-de-Beauvoisin, en Isère - Radio France
Le Pont-de-Beauvoisin, en Isère © Radio France - Denis Souilla