Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'affaire Marin

Affaire Marin : la demande de remise en liberté conditionnelle de l'agresseur examinée en appel le 25 mai

Le parquet a fait appel de la remise en liberté de l'agresseur de Marin condamné en 2018 à sept ans et demi de prison. Il doit être examiné le 25 mai par la Cour d'appel de Lyon.

Marin lors du procès de son agresseur devant la Cour d'assises des mineurs à Lyon en 2018.
Marin lors du procès de son agresseur devant la Cour d'assises des mineurs à Lyon en 2018. - France 3

La Cour d'appel de Lyon examinera le 25 mai l'appel du parquet concernant la remise en liberté de l'agresseur de Marin accordée mercredi dernier. L'appel étant suspensif, l'agresseur, mineur au moment des faits et âgé aujourd'hui de 21 ans, est toujours en détention. 

Marin, qui avait 20 ans à l'époque, avait tabassé à Lyon en novembre 2016 pour avoir défendu un couple qui s'embrassait. Il avait passé onze jours dans le coma et vit aujourd'hui avec de lourdes séquelles. Son agresseur a été condamné en 2018 à sept ans et demi de prison.

Une procédure chamboulée par la situation actuelle

La semaine dernière sur France Bleu Saint-Étienne Loire, la mère de Marin, Audrey Sauvajon, s'est dite "bouleversée" d’apprendre que l'agresseur de son fils avait obtenu une remise en liberté conditionnel après trois ans et demi de détention à Roanne, et espérait "que la peine soit exécutée". Mais "Yanis a le droit comme chacun de bénéficier d'un aménagement de peine", a expliqué à France 3 Maître Anne Guillemaut, l'avocate de l'agresseur.

Contacté jeudi matin, l'avocat de la famille, Maître Dominique Arcadio, confirme la date et le lieu de l'audience, sans savoir encore, vu les circonstances exceptionnelles et dégradées dans lesquelles travaille la justice, si la famille et lui pourront être présents pour défendre ce fervent supporter de l'AS Saint-Étienne âgé aujourd'hui de 23 ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess