Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire Martine Escadeillas à Ramonville : le principal suspect reste en prison

-
Par , France Bleu Occitanie

En détention depuis un an, Joel B. demandait une remise en liberté la semaine dernière. La justice a refusé ce lundi matin. La famille de Martine Escadeillas se dit soulagée par la voix de son avocat.

La chambre d'instruction de la cour d'appel a rendu sa décision après une audience tendue
La chambre d'instruction de la cour d'appel a rendu sa décision après une audience tendue © Radio France - .

Le principal suspect dans la disparition de Martine Escadeillas est maintenu en détention.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse a rendu sa décision ce matin. La jeune femme de 24 ans avait disparu à Ramonville en décembre 1986. Joel B. âgé de 56 ans est en détention provisoire depuis un an. Il a été arrêté en Isère grâce à une instruction jamais éteinte et au logiciel ANACRIM. 

Ces avocats réclamaient la semaine dernière une remise en liberté au motif que sa présence en prison n'aide en rien l'enquête en cours. Joel Bourgeon après être passé aux aveux au moment de son arrestation est revenu depuis sur ses déclarations

Après une audience "riche en émotion et très vive entre les conseils et le parquet général" selon l'avocat de la famille de Martine Escadeillas, cette décision est vécue comme un "soulagement". Pour Me Frédéric David, ce maintien derrière les barreaux est le signe que ses aveux en garde à vue restent "valables". Me Frédéric David précise : "C'est surtout une bonne nouvelle pour la suite de l'enquête qui va pouvoir se dérouler dans un climat normal à partir d'éléments qu'il a donné aux enquêteurs et que lui seul pouvait connaître".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu