Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Enlèvement de Mia dans les Vosges

Affaire Mia : à Nancy, Rémy Daillet fait appel de sa détention provisoire

L'audience devant la chambre d'instruction de la Cour d'appel de Nancy est fixée ce jeudi 1er juillet à Nancy. Rémy Daillet, mis en cause dans l'enlèvement de Mia en avril dernier dans les Vosges, a estimé ce mercredi être en détention provisoire "abusive".

Rémy Daillet, a été entendu pour la première fois par la justice à Nancy le 16 juin dernier
Rémy Daillet, a été entendu pour la première fois par la justice à Nancy le 16 juin dernier © Radio France - Cédric Lieto

Rémy Daillet est incarcéré à la prison de Strasbourg depuis le 16 juin dernier, date d'un premier rendez-vous devant la justice à Nancy. Figure des milieux complotistes, il est mis en examen notamment pour complicité d'enlèvement d'un mineur de 15 ans commis en bande organisée, pour son implication présumée dans l'enlèvement de la petite Mia en avril dans les Vosges. 

Dans un communiqué ce mercredi 30 juin, Jean-Christophe Basson-Larbi son avocat estime son placement en détention provisoire "abusif", argumentant que "Rémy Daillet, opposant politique, candidat déclaré à l'élection présidentielle de 20222, a été mis en examen et placé en détention provisoire non pour de quelconques actes mais pour des idées, et parce que certains des "ravisseurs" de la petite Mia se réclament de ses idées et de son mouvement politique".  

Selon Jean-Christophe Basson-Larbi, son client "est détenu en raison de ses opinions dans le cadre d'un procès qui, le concernant, est un procès politique en préparation destiné à lui faire payer, sous d'autres qualifications pénales, les idées politiques qu'il porte, assume, diffuse et revendique" . 

Une audience est prévue ce jeudi 1er juillet à Nancy devant la chambre de l'instruction de la Cour d'Appel de Nancy.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess