Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Affaire Mila

VIDÉO - Affaire Mila : la cellule de lutte contre les crimes de haine saisie

-
Par , France Bleu Isère

Laurent Nuñez, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, a décidé mercredi de saisir la cellule de lutte contre les crimes de haine. Il en a fait l'annonce chez nos confrères de France Inter.

Laurent Nuñez, bras droit du ministre de l'Intérieur.
Laurent Nuñez, bras droit du ministre de l'Intérieur. © Maxppp - -

"Le ministre de l'Intérieur a souhaité créer une cellule de lutte contre les crimes de haine. Cette cellule est précisément saisie dans le cas de Mila et investigue avec beaucoup de professionnalisme", a indiqué ce mercredi sur France Inter le secrétaire d'Etat auprès du ministère de l'Intérieur, Laurent Nuñez. Cela fait suite aux menaces de viol et de mort reçues par la jeune lycéenne nord-iséroise pour avoir critiqué avec virulence l'islam.  

"Les services de police judiciaire sont saisis et investiguent sur les auteurs de ces menaces. Il y a des moyens techniques pour essayer de les retrouver", a détaillé Laurent Nuñez. Il condamne "fermement les menaces dont Mila fait l'objet". Mardi, le ministre de l'Intérieur avait indiqué devant les députés que l'adolescente et sa famille bénéficiaient d'une protection policière. 

Il ne s'agit pas d'une protection permanente, mais "d'une vigilance des forces de l'ordre qui sont attentifs notamment au domicile. Il y a des rondes et patrouilles. C'est une protection réelle mais ce n'est pas ce qu'on appelle techniquement une protection rapprochée", a précisé Laurent Nuñez.   

Mila est depuis deux semaines déscolarisée car sa sécurité n'est plus garantie. "On est en lien étroit avec sa famille pour lui trouver un nouvel établissement scolaire. C'est très compliqué parce que sa vidéo a été beaucoup relayée, que son visage est connu et qu'il faut évidemment garantir sa sécurité dans l'établissement et aux abords de l'établissement", avait confié, mardi, Gabriel Attal, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Education nationale et de la jeunesse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu