Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki à Besançon

VIDEOS - Disparition de Narumi : Nicolas Zepeda, le suspect n°1, est arrivé au palais de justice de Besançon

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Le Chilien Nicolas Zepeda est arrivé sur le sol français vendredi matin puis il a été conduit à Besançon dans l'après-midi. L'homme de 29 ans est le suspect principal dans l'assassinat de Narumi Kurosaki, cette étudiante japonaise disparue dans la capitale comtoise en 2016.

L'arrivée de Nicolas Zepeda, suspect numéro 1 dans la disparition de Narumi Kurosaki, au palais de justice de Besançon.
L'arrivée de Nicolas Zepeda, suspect numéro 1 dans la disparition de Narumi Kurosaki, au palais de justice de Besançon. © Radio France - Alia Doukali

La procédure d'extradition de Nicolas Zepeda arrive à son terme. Après avoir été officiellement remis jeudi soir aux policiers français à Santiago, le Chilien de 29 ans est arrivé en France en fin de matinée, son vol a atterri à l'aéroport Roissy Charles De Gaulle à 10h55 ce vendredi. Nicolas Zepeda, 29 ans, est le principal suspect dans l'assassinat de Narumi Kurosaki, cette étudiante japonaise disparue en 2016 à Besançon.

Dès son arrivée sur le sol français, des policiers bisontins devaient lui notifier son arrestation suite au mandat d'arrêt international lancé contre lui. Il a ensuite été transféré en voiture à Besançon et il est arrivé vers 16h40 au palais de justice où de nombreux journalistes l'attendaient depuis plusieurs heures. Des badauds étaient présents également et certains l'ont traité d'"ordure" ou de "meurtrier".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le déplacement de Nicolas Zepeda depuis Paris et son entrée dans le tribunal de Besançon ont été réalisés sous haute surveillance policière.

Les policiers encadrent l'arrivée de Nicolas Zepeda au palais de justice de Besançon.
Les policiers encadrent l'arrivée de Nicolas Zepeda au palais de justice de Besançon. © Radio France - Alia Doukali

Sur place, Nicolas Zepeda sera conduit dans le bureau de la juge d'instruction. Deux possibilités : soit le suspect est placé sous le statut de témoin assisté... ce que va probablement demander son avocate, Jacqueline Laffont, soit il va être mis en examen pour assassinat.

L'avocate de Nicolas Zepeda, Jacqueline Laffont, à son arrivée au palais de justice de Besançon.
L'avocate de Nicolas Zepeda, Jacqueline Laffont, à son arrivée au palais de justice de Besançon. © AFP - SEBASTIEN BOZON

Détention ou pas ? 

Ensuite, dans la foulée, la juge d'instruction demandera vraisemblablement son placement en détention provisoire. C'est le juge des libertés et de la détention qui tranchera. Là encore suspens, Nicolas Zepeda peut aussi être placé sous contrôle judiciaire, c'est à dire par exemple pointer au commissariat tous les jours ou encore être assigné à résidence. Tout ça en attendant un procès aux assises du Doubs. Ce sera soit l'année prochaine soit dans deux ans.

Un long voyage depuis le Chili

La procédure d'extradition de Nicolas Zepeda a officiellement commencé depuis mercredi soir : il été emmené plus tôt que prévu par les policiers chiliens direction l'aéroport de Santiago.

Nicolas Zepeda emmené par la police chilienne, à la sortie de la résidence de Vino Del Mare.
Nicolas Zepeda emmené par la police chilienne, à la sortie de la résidence de Vino Del Mare. © AFP - Cristobal Basaure / Aton Chile

La chronologie de l'affaire Narumi Kurosaki / Nicolas Zepeda :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess