Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki à Besançon

Affaire Narumi : l'ex-petit ami, devant la justice chilienne, souhaite éviter son extradition en France

mardi 14 février 2017 à 16:39 Par David Malle, France Bleu Besançon et France Bleu

Pour la première fois, mardi 14 février, l'ex-petit ami de Narumi Kurosaki s'est présenté à la justice chilienne. L'avocat de Nicolas Zepeda souhaite éviter son extradition en France où il est suspect dans la disparition de l'étudiante japonaise, en décembre 2016 à Besançon.

Nicolas Zepeda, devant la Cour suprême du Chili ce mardi matin 14 février
Nicolas Zepeda, devant la Cour suprême du Chili ce mardi matin 14 février © AFP - Pablo Vera

Besançon, France

A 9h ce mardi matin, pour la première fois, le suspect n°1 dans l'affaire Narumi, Nicolas Zepeda s'est présenté à la justice chilienne. Le jeune homme, âgé de 26 ans, avait rendez-vous à la Cour suprême de Santiago. La mine grave, sans un regard pour les journalistes, ni une déclaration, Nicolas Zepeda s’est rendu au tribunal pour signer la notification du juge. Il a rencontré l’une des secrétaires de la Cour Suprême, pas le magistrat. Il est resté 5 minutes, à peine, au tribunal, avant de s'engouffrer dans un taxi. Il n'a pas le droit de quitter le territoire chilien pendant deux mois.

Pendant ce temps là, l'avocat de Nicolas Zepeda s'est entretenu trois minutes avec les médias : quelques journalistes chiliens et beaucoup de télévisions japonaises, venues enquêter à Santiago sur la disparition de Narumi Kurosaki, cette étudiante japonaise dont les enquêteurs français pense qu'elle a été assassinée.

VOIR AUSSI : Disparition de Narumi : la procureure de la République de Besançon confirme la thèse de l'assassinat

Assurer sa défense en France, c'est impossible" - Me Vial, l'avocat de Nicolas Zepeda

L’avocat de Nicolas Zepeda, Pelayo Vial, souhaite éviter une extradition vers la France, comme il l'explique à Laurie Fachaux pour France Bleu Besançon : "Pour mon client, assurer sa défense en France c’est impossible. Pour des raisons physiques et économiques. En cas d’extradition, notre idée est donc de préparer la défense ici au Chili, comme il se doit". La justice française souhaite entendre Nicolas Zepeda sur la disparition de son ancienne petit amie, une étudiante japonaise de 21 ans.

La France a deux mois pour compléter sa demande d'extradition

Prochaine étape : le juge chilien pourrait réexaminer la demande d’extradition de la France, ainsi que le placement en détention provisoire du jeune Chilien, mais seulement une fois reçues les pièces complémentaires de la justice française. La France a deux mois pour fournir ces pièces. Début février, seule une interdiction de quitter le territoire de deux mois a été ordonnée contre Nicolas Zepeda. Le placement en détention provisoire avait été refusé.

VOIR AUSSI : Affaire Narumi : le Chili refuse d'arrêter le suspect