Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki à Besançon

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda transporté sur les lieux pour être interrogé

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Le parquet de Besançon a interrogé ce mercredi Nicolas Zepeda sur le campus universitaire, dernière demeure connue de Narumi Kurosaki. Le Chilien, principal suspect dans la disparition de l'étudiante, n'a rien déclaré de la journée.

Nicolas Zepeda lors d'un transfert vers la maison d’arrêt de Besançon le 25 juillet dernier
Nicolas Zepeda lors d'un transfert vers la maison d’arrêt de Besançon le 25 juillet dernier © Maxppp - Franck Lallemand

C'était assez inédit et confidentiel. Ce mercredi, Nicolas Zepeda, Chilien de 29 ans, a été interrogé toute la journée par la juge d'instruction, concernant la disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki. Selon le parquet de Besançon, il s'agissait de "confronter ses déclaration à la réalité des lieux." En quelque sorte, provoquer un électro-choc qui le ferait parler de cette nuit du 4 décembre 2016.

Le silence de Nicolas Zepeda

Nicolas Zepeda, soupçonné d'avoir tué son ex-petite amie en 2016 a d'abord été auditionné par la juge d'instruction de Besançon dans la matinée, à partir de 9H30. C'est ensuite qu'il a été transporté sur le campus universitaire de la Bouloie, à Besançon. La juge d'instruction, le procureur, les avocats du suspect et de la famille ainsi que des enquêteurs étaient présents. Sur le campus, le principal suspect s'est rendu dans la chambre de Narumi, "toujours sous scellée depuis 4 ans" indique le procureur de la République Etienne Manteaux. "Ses parents n'ont pas encore demandé la restitution de ses affaires personnelles", a précisé le procureur. 

Mais l'électro-choc attendu n'a pas eu lieu. Nicolas Zepeda "n'a fait paraître aucune émotion." Il a maintenu sa version des faits, à savoir qu'"il a revu par hasard Narumi Kurosaki à Besançon, qu'ils ont vécu un temps d'intimité dans sa chambre et qu'il l'a quittée en parfaite santé après plus de 24 heures". Il continue d'affirmer n'être "en aucun cas lié à sa disparition", explique Etienne Manteaux. Dans la soirée, le Chilien a regagné sa cellule à la maison d'arrêt de Besançon, après un dernier point avec la juge d'instruction.   

Les expertises psychologiques très attendues

Après cette journée, où le dossier n'a pas plus avancé, les magistrats attendent les prochains développements. Les rapports d'expertises psychologique et psychiatrique de Nicolas Zepeda sont très attendus. C'était la deuxième audition de Nicolas Zepeda après celle organisée le 30 septembre dernier. Il avait déjà nié avoir tué la jeune femme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess