Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Faits divers – Justice DOSSIER : Disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki à Besançon

Affaire Narumi : rien ne filtre de l'audition du suspect au Chili

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Rien ne filtre après l'audition de Nicolas Zepeda, ce mercredi au Chili. Cet homme de 28 ans est le seul suspect dans la disparition de Narumi, en décembre 2016 à Besançon. L'ex-petit ami de l'étudiante s'est rendu à l'interrogatoire de la justice chilienne en présence d'une délégation bisontine.

Le Procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, au Chili.
Le Procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, au Chili. © Maxppp - maxppp

Besançon, France

L'audition s'est bien tenue ce mercredi comme prévu à Santiago du Chili et le suspect était bien là. Pour le reste, rien n'a filtré sur les échanges entre la justice chilienne et Nicolas Zepeda, soupçonné de la disparition de Narumi Kurosaki, dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016 à Besançon. Le corps de l'étudiante japonaise n'a jamais été retrouvé et pour tenter d'avancer dans l'enquête, une délégation de magistrats et enquêteurs bisontins ont assisté à cet interrogatoire au Chili.

Reparti dans une voiture de luxe

Nicolas Zepeda, 28 ans, a répondu à la convocation mais en échappant aux nombreux journalistes présents devant le siège du parquet régional de Santiago. Il est passé par une entrée spéciale, comme son avocat l'avait demandé à la justice chilienne. Il est arrivé discrètement, à l'abri des regards et des caméras. Après plus de deux heures d'interrogatoire, il est reparti dans une voiture de luxe noire, aux vitres teintées. Les journalistes ont bien tenté de courir derrière la voiture, en vain : aucune déclaration face aux nombreux reporters chiliens et étrangers présents.

Nicolas Zepeda à la sortie de son audition à Santiago du Chili. - AFP
Nicolas Zepeda à la sortie de son audition à Santiago du Chili. © AFP - Martin Bernetti

A-t-il parlé?

L'objectif de cette audition était de pouvoir confronter le suspect, pour la première fois, aux preuves réunies par les enquêteurs français, présents sans pouvoir poser de question directement. 

Pour autant, ni le procureur de la République de Besançon, qui a assisté à l'interrogatoire, ni le parquet chilien n'ont souhaité indiquer si Nicolas Zepeda a répondu aux questions, ou s'il a gardé le silence.