Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Affaire Neyret : dans son livre, l'ancien numéro deux de la PJ grenobloise dénonce "le bal des hypocrites"

Par

L'affaire Neyret sera bientôt jugée, à Paris, devant un tribunal correctionnel, à partir du 2 mai. A une dizaine de jours du procès, l'un des prévenus, Gilles Guillotin, ancien numéro deux de la PJ grenobloise dénonce "le bal des hypocrites" dans un livre : "33 ans, flic pour rien ?".

Gilles Guillotin, ancien numéro 2 de la PJ de Grenoble.
Gilles Guillotin, ancien numéro 2 de la PJ de Grenoble. © Radio France - Lauriane Delanoë

Dans son livre qui sort ce vendredi, l'ancien numéro deux de l'antenne de la police judiciaire de Grenoble (sous l'autorité de la PJ lyonnaise) revient sur cette affaire qui a secoué la police française. Et ce alors que le procès de Michel Neyret et de ses collaborateurs doit s'ouvrir devant un tribunal correctionnel à Paris le 2 mai prochain.

Publicité
Logo France Bleu

Lui est accusé d'avoir détourné de la résine de cannabis pour rémunérer ses indicateurs. Dans son livre, "33 ans, flic pour rien ?" (Ed. Temporis), il dément et assure qu'il l'a seulement fait croire à Michel Neyret, son supérieur. Et le Grenoblois dénonce le "bal des hypocrites", de la justice et des politiques.

"Tout le monde savait comment ça fonctionnait"

"Un indicateur et un flic c'est une relation particulière et un flic tout seul ne peut rien faire. Quand on a besoin de faire quelque chose pour un indicateur, transférer une maison d'arrêt, un permis de visite, on sollicite forcément les magistrats. Donc tout le monde sait de quoi il en retourne. Tout le monde savait comment ça fonctionnait. Du jour au lendemain, on siffle hors jeu... Pourquoi ?" s'indigne Gilles Guillotin.

Le Grenoblois avait été suspendu de la police. Il a maintenant pris sa retraite, et assure aujourd'hui la sécurité pour les Brûleurs de Loups. Mais Gilles Guillotin reste amer : "C'est beaucoup de colère, d'un sentiment d'injustice. On ne m'a pas laissé le choix ou l'opportunité de me défendre. On m'a mis en examen pour des tas de choses... association de malfaiteurs, trafic de stup... et j'en passe ! Sans aucune vérification, sur la base de trois écoutes non étayées et je suis en colère après ça".

loading

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu