Faits divers – Justice

Affaire Omar Raddad : "soupçon" de correspondance entre une trace ADN et le fichier national

Par Anne Jocteur Monrozier, France Bleu Azur et France Bleu jeudi 20 octobre 2016 à 15:08

La porte couverte de l'inscription "Omar m'a tuer", pièce à conviction du procès d'Omar Raddad en janvier 1994.
La porte couverte de l'inscription "Omar m'a tuer", pièce à conviction du procès d'Omar Raddad en janvier 1994. © Maxppp -

Une des traces ADN relevées sur des scellés de l'affaire Omar Raddad pourrait correspondre à une empreinte génétique enregistrée dans le fichier national.

Le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre évoque "un soupçon" qui doit encore être confirmé :

"Il y a un soupçon d'identité entre une des traces et un enregistrement au Fichier national automatisé des empreintes génétiques. Mais il y a des vérifications qui sont faites, pour l'instant il n'y a rien de certain. Cela doit être confirmé par des analyses en laboratoire."

En novembre 2015, quatre empreintes génétiques correspondant à quatre hommes avaient été retrouvées sur deux portes et un chevron de la scène du crime à Mougins. Ghislaine Marchal avait été tuée à coups de couteau le 23 juin 1991 dans sa propriété des Alpes-Maritimes. Sur ces deux portes avait été écrit "Omar m'a tuer" et "Omar m'a t" avec le sang de la victime.

Des analyses ont récemment permis de déterminer que ces traces ne correspondaient pas au profil génétique d'Omar Raddad, le jardinier de Ghislaine Marchal, condamné en 1994 à 18 ans de réclusion criminelle, avant de bénéficier d'une libération conditionnelle en 1998 après une grâce présidentielle partielle de Jacques Chirac.

Pour l'avocate d'Omar Raddad, les résultats de ces premières analyses marquaient une avancée considérable de l'enquête et pourraient désigner un nouveau suspect.

À moins, avait-elle reconnu, qu'il ne s'agisse de l'ADN "d'un journaliste ou d'un policier" qui aurait manipulé les pièces à conviction lors du procès en 1994.

L'affaire Omar Raddad - Visactu
L'affaire Omar Raddad © Visactu

Partager sur :