Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'affaire Péchier à Besançon : un anesthésiste soupçonné d'empoisonnement sur des patients

Affaire Péchier : interdit d'exercer, le médecin bisontin a voulu soigner des patients pendant le Covid-19

Interdit d'exercer son métier, le Dr Péchier a demandé en mars-avril, pendant la crise du coronavirus, une modification de son contrôle judiciaire. Il voulait renforcer l'équipe des médecins dans un centre de régulation du SAMU, à Poitiers. Sa demande a été rejetée par les juges d'instruction.

Le Dr Péchier (à gauche) et son avocat Randall Schwerdorffer au Palais de justice de Besançon
Le Dr Péchier (à gauche) et son avocat Randall Schwerdorffer au Palais de justice de Besançon © Maxppp - Olivier Lejeune

En pleine crise du coronavirus, il voulait à nouveau pouvoir pratiquer la médecine : Frédéric Péchier, l'anesthésiste bisontin mis en examen pour 24 empoisonnements, dont neuf mortels, a demandé une modification de son contrôle judiciaire en mars-avril, pour pouvoir exercer à nouveau. Il a justifié cette demande en expliquant vouloir prêter main forte dans un centre de régulation du SAMU de Poitiers. 

"Pas opportun" pour les juges 

Les juges ont refusé : pour eux, il n'y a pas assez d'éléments sur le lieu et sur comment il compte exercer. Les magistrats estiment aussi que ça n'est pas "opportun", vu qu'il est soupçonné d'avoir empoisonné des patients. Ils ajoutent que ça pourrait créer un trouble à l'ordre public et susciter l'incompréhension chez les victimes, mais aussi dans la population, chez les médecins et collègues de l'anesthésiste. 

Alors, le Dr Péchier a fait appel de cette décision, mais pour le Parquet général, c'est trop tard au vu du délai légal. Quelques jours avant l'audience, il a fini par se désister. 

Indécent, provocant : les victimes choquées

Les victimes, elles, jugent la démarche indécente. C'est de la"provocation" même pour le père de l'une d'elles. "C'est une tentative d'utiliser l'actualité dramatique" dénonce Me Berna, l'avocat d'une vingtaine de parties civiles. 

"Il veut sauver des vies mais il a passé des années à en détruire". Le Dr Péchier a toujours clamé son innocence dans cette affaire, il explique même qu'on chercherait à l'incriminer personnellement, et qu'il serait le coupable idéal. "Il est présumé innocent, mais nous avons la conviction que le Dr Péchier a empoisonné certains de ses patients. Les victimes souhaitent que l'instruction se termine au plus vite. Cette instruction est très longue, c'est difficile pour les victimes et aussi pour M. Péchier. Mais il ne fait rien pour accélérer le cours de la justice en multipliant les requêtes et les incidents." 

C'est la troisième fois que le Dr Péchier cherche à modifier son contrôle judiciaire, sans succès.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess