Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire Péchier à Besançon : un anesthésiste soupçonné d'empoisonnement sur des patients

Affaire Péchier : l'anesthésiste bisontin clame à nouveau son innocence

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Dans une interview parue dans le Journal du Dimanche, l'anesthésiste bisontin Frédéric Péchier se dit à nouveau innocent. Le médecin est mis en examen pour 24 empoisonnements présumés dont neuf mortels.

Le docteur Frédéric Péchier (à gauche) avec l'un de ses avocats, Maître Randall Schwerdorffer
Le docteur Frédéric Péchier (à gauche) avec l'un de ses avocats, Maître Randall Schwerdorffer © Maxppp - Arnaud Castagné

Besançon, France

Il ne s'était pas exprimé depuis juin 2019. L'anesthésiste bisontin Frédéric Péchier clame à nouveau son innocence dans une interview parue dans le Journal du Dimanche. Selon le médecin, il n'y a aucune preuve dans le dossier judiciaire. 

Il explique même qu'on chercherait à l'incriminer personnellement. Selon lui, ce serait un de ses collègues qui, suite aux 24 accidents médicaux survenus dans les deux cliniques où Frédéric Péchier exerçait, aurait dit à la police judiciaire : "Il faut chercher un anesthésiste qui a travaillé sur les deux sites". C'est le cas du docteur Péchier.

Il estime être le coupable idéal 

Il affirme que dans deux des trois accidents survenus en 2009, il n'était présent à la Polyclinique de Franche-Comté. "Les enquêteurs disent que je pouvais revenir à la clinique quand je le voulais pour polluer des poches. C’est absurde! ", se défend-il. 

Dans cette affaire, il estime être le coupable idéal. "Je conçois parfaitement qu'on prenne quelqu'un pour porter le chapeau", dit-il dans les colonnes du Journal du Dimanche. Il ajoute également : "Le jour où on admettra que je n'ai rien à voir là-dedans, ça va mettre en défaut la structure elle-même et plus seulement un médecin." Cette ligne de défense n'est pas nouvelle : depuis le début de l'affaire, l'anesthésiste se dit innocent. 

Il répond aussi à son ancienne collègue, l'anesthésiste Catherine Nambot. Elle l'accuse d'avoir tenté de l'empoisonner. Il nie en bloc.

Sous contrôle judiciaire

Frédéric Péchier est mis en examen pour 24 empoisonnements dont neuf mortels. Il est sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre à Besançon et à Montfaucon, où il résidait. Il ne peut plus non plus exercer son métier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu