Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'affaire Péchier à Besançon : un anesthésiste soupçonné d'empoisonnement sur des patients

Affaire Péchier : la cour d'appel rejette les requêtes en nullité de l'anesthésiste de Besançon

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu, France Bleu Belfort-Montbéliard

La cour d'appel de Besançon a rejeté ce mercredi les demandes de nullités déposées par les avocats du Dr Frédéric Péchier. L'anesthésiste bisontin est mis en examen pour 24 empoisonnements présumés dont neuf mortels.

Le Dr Frédéric Péchier (à gauche) en compagnie de l'un de ses avocats Maître Randall Schwerdorffer
Le Dr Frédéric Péchier (à gauche) en compagnie de l'un de ses avocats Maître Randall Schwerdorffer © Maxppp - Arnaud Castagne

Besançon, France

La cour d'appel de Besançon a rejeté ce mercredi l'essentiel des requêtes en nullité déposées par les avocats de Frédéric Péchier. L'anesthésiste bisontin est mis en examen pour 24 empoisonnements présumés dont neuf mortels.

Une défense qui a manqué de temps

Le Dr Péchier demandait l'annulation de sa garde à vue du mois de mai à Besançon, ainsi que la nullité du rapport d'enquête psycho-criminologique. Il estime qu'il n'a pas eu le droit à une garde à vue équitable et qu'il ne pouvait pas se défendre correctement devant les enquêteurs. Ses avocats regrettent aussi de ne pas avoir eu le temps d'étudier le dossier volumineux, avant la présentation de leur client devant le juge d'instruction. 

Les juges ont rejeté ces requêtes, mais pas celle qui portait sur des échanges de SMS entre le médecin et ses avocats. Durant l'audience du 18 septembre, Me Jérôme Pichoff, l'un des avocats du Dr Péchier avait affirmé que le versement de ces SMS au dossier constituait une attente aux droits de la défense. 

Le même jour, la Cour de Cassation avait confirmé le maintien en liberté de l'anesthésiste bisontin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu