Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire Péchier à Besançon : un anesthésiste soupçonné d'empoisonnement sur des patients

Affaire Péchier : le père de Tedy, victime d'un double arrêt cardiaque, "ne lâchera rien"

Pour rendre justice à son fils, le père de Tedy, 8 ans, l'une des victimes présumées d'empoisonnement dans l'affaire Péchier, poursuit la lutte. Une cagnotte en ligne a été lancée, il y a quelques jours. Il raconte à France Bleu son combat.

Le père de tedy, l'une des victimes présumée d'empoissonnement de docteur Péchier souffre aujourd'hui de graves séquelles.
Le père de tedy, l'une des victimes présumée d'empoissonnement de docteur Péchier souffre aujourd'hui de graves séquelles. © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/Ludovic Laude

Besançon, France

Le père de Tedy ne décolère pas, six mois après la nouvelle mise en examen de l'anesthésiste bisontin, Frédéric Péchier. Tedy, ce petit garçon victime d'un double arrêt cardiaque à l'âge de 4 ans en 2016, est l'un des 24 cas d'empoisonnements présumés de l'affaire Péchier.  Une cagnotte en ligne a été lancée il y a quelques jours, pour "continuer la lutte et rendre justice à leur enfant".

Le 22 février 2016, le jeune garçon est hospitalisé à la clinique Saint Vincent, à Besançon, pour une opération banale des amygdales. Mais quelques minutes seulement après son entrée au bloc opératoire, il fait un premier arrêt cardiaque. L'anesthésiste Frédéric Péchier fait alors son entrée et le réanime. Mais le petit garçon refait un second arrêt. Une nouvelle fois réanimé, il est finalement transféré au CHU de Besançon. 

"Quand Tedy est amené à l'hôpital Minjoz, il est pris en charge sur un brancard sur lequel se trouve une seringue, près de sa jambe. Une prise de sang indiquera ensuite un surplus de potassium chez Tedy et que cette seringue de lidocaïne n'avait rien à faire là", raconte le père de l'enfant.  Ce sont notamment ces éléments qui vont alerter les enquêteurs et leur faire faire le rapprochement avec l'affaire Péchier. L'anesthésiste avait été mis en examen en mars 2017 pour une première série d'empoisonnements suspects

On est impuissant face à cette justice

Aujourd'hui, Tedy a 8 ans. Il ne s'est pas totalement remis de ces deux arrêts successifs. "Y a des trucs qui n'étaient pas là avant l'opération", explique le père du jeune garçon. Selon son entourage, Tedy souffre de graves séquelles neurologiques, comme des pertes de mémoire et des problèmes d'équilibre. 

"On va continuer le combat, notre objectif c'est de défendre notre garçon" rappelle le père de famille dont la colère est encore plus forte depuis l'annonce du maintien en liberté du docteur Frédéric Péchier par le Cour de cassation, en septembre dernier. "Je me sens impuissant face à cette justice" lâche-t-il, "mais on ira au bout pour Tedy. C'est notre rôle de défendre notre garçon". 

En mai 2019, l'anesthésiste qui a fait ses études à Poitiers a été mis en examen pour empoisonnement sur personne vulnérable concernant 17 nouveaux cas, dont sept mortels. Il est soupçonné d'avoir pollué des poches de perfusion de 24 patients, âgés de 4 à 80 ans, pour provoquer des arrêts cardiaques.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu