Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire PIP : quatre ans de prison ferme requis contre Jean-Claude Mas

-
Par , France Bleu Provence
Aix-en-Provence, France

Quatre ans de prison ferme ont été requis ce mardi en appel contre Jean-Claude Mas, l'ancien patron du fabricant de prothèses mammaires PIP, pour avoir conçu et écoulé, en toute connaissance de cause, des dizaines de milliers d'implants emplis d'un gel frauduleux.

Le procès PIP devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence
Le procès PIP devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence © Maxppp

Quatre ans de prison ferme ont été requis contre Jean-Claude Mas, l'ancien responsable du fabricant de prothèses mammaires PIP ce mardi devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Le fondateur de PIP avait écopé d'une peine identique en première instance.

Quatre autres cadres dirigeants risquent entre 18 mois de prison avec sursis pour le directeur technique et quatre ans dont une partie ferme, pour le président du directoire.

Dans son réquisitoire, l'avocat général a expliqué que "le fait d'utiliser une matière première non conforme, non testée, selon un processus de fabrication artisanal, en variant les proportions et les compositions (...) est générateur d'un risque" pour la santé des femmes. Durant l'audience, Jean-Claude Mas a répété que son gel de silicone, sept fois moins cher que celui qui est homologué ne comportait aucun danger.

Quelque 7 000 parties civiles

Au total ce sont 7 000 victimes qui se sont portées partie civiles pour obtenir un dédommagement. Les autorités sanitaires françaises estiment que 18.000 femmes ont dû se faire retirer leurs prothèses, pour partie suite à des ruptures ou des irritations. Deux cas de cancers ont été diagnostiqués. 

Les plaidoiries de la défense sont attendues mercredi et le jugement devrait ensuite être mis en délibéré.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess