Faits divers – Justice

Les trois militants du DAL relaxés dans l'affaire rue Planterose à Bordeaux

Par Mélanie Juvé, France Bleu Gironde jeudi 23 mars 2017 à 16:44

La salle des pas perdus du palais de justice de Bordeaux
La salle des pas perdus du palais de justice de Bordeaux © Radio France - Radio France

Trois militants du DAL Gironde, l'association Droit au Logement, ont été relaxés ce jeudi par la cour d'appel de Bordeaux. Ils étaient poursuivis pour "violation de domicile" rue Planterose à Bordeaux.

"On remercie nos soutiens ! Et les copains qui nous ont envoyés des sous pour qu'on puisse aller en cassation !" s'exclame Myriam Eckert une des militantes du DAL blanchie par la justice. Soulagés, les quelques membres de l'association venus assister au délibéré applaudissent.

"On a une pensée pour Antoine et Manon qui n'ont pas eu l'énergie d'aller en cassation et qui sont condamnés", s'attriste toutefois Myriam. En effet, au départ ils étaient cinq militants condamnés en première instance à 3 mois de prison avec sursis et 7 000 euros de dommages et intérêts. Ceci pour avoir réquisitionné en 2013 l'appartement d'une octogénaire à Bordeaux afin d'y loger des familles qui vivaient dans la rue. La peine avait été confirmée en appel une première fois.

"Une victoire pour l'association"

Trois d'entre eux, dont Myriam, s'étaient alors pourvus en cassation. Ils avaient eu gain de cause puisque l'arrêt qui les condamnait avait été annulé. Selon leurs avocats, ce dernier procès signe la fin de trois ans et demi de "persévérance" de la part des militants.

"C'est enfin la victoire du droit, estime Me Bauer l'une des avocates de la défense. Pendant trois ans et demi ça a été plus un procès politique que juridique. Un procès contre le DAL et pas contre des personnes physiques. C'est une victoire pour l'association"

L'avocat de la plaignante Me Fribourg n'a pas lui, souhaité s'exprimer sur cet arrêt.