Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'affaire Barbarin - Preynat

Affaire Preynat : l'Église savait depuis 1978

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Selon le journal Le Monde, l'Église était au courant depuis longtemps du comportement pédophile du père Bernard Preynat, sans jamais saisir la justice. En 1978, une première famille avait signalé des caresses du prêtre sur un jeune garçon.

Philippe Barbarin, archevêque de Lyon depuis 2002
Philippe Barbarin, archevêque de Lyon depuis 2002 © Maxppp - Jean Nicholas Guillo

L'Église tente d'étouffer l'affaire Preynat depuis 1978, selon les informations du journal Le Monde. Il s'est procuré une partie du dossier judiciaire. Le père Preynat est accusé d'avoir agressé sexuellement une dizaines de scouts lyonnais entre 1970 et 1980.

Quatre alertes entre 1978 et 1990

En 1978, une famille a alerté le diocèse de Lyon "de caresses sur un jeune garçon".  Le supérieur du prêtre l'avait alors prié de ne pas recommencer. Mais il y a eu de nouveaux témoignages, en 1982, en 1985, un autre en 1990. Le père a alors été écarté de la paroisse de Sainte-Foy-lès-Lyon. Le prêtre est resté chez les sœurs pendant six mois.

Pendant toute cette période, l'Église n'a jamais alerté la justice et le père a continué à s'occuper d'enfants dans le Roannais, où il a été responsable de six paroisses ces vingt dernières années.

Les cardinaux savaient

Le  prêtre Bernard Preynat a rencontré les quatre cardinaux qui se sont succédé  à Lyon depuis 1990. Le cardinal Philippe Barbarin en fait partie. L'ancien aumônier leur a expliqué que "ce n'était pas des faits isolés  qui s’étaient passés une ou deux fois mais que c’était sur une longue période (…). Il est clair que j’ai parlé d’attouchements sexuels sur des enfants".

Le Cardinal Philippe Barbarin, en poste depuis 2002 a toujours affirmé avoir été mis au courant en 2007-2008. Il a attendu le 29 juillet 2015, sur consigne de Rome, pour prendre un décret interdisant à Bernard Preynat « tout exercice du ministère pastoral et toute activité comportant des contacts avec des mineurs dans l’attente de la décision de la Congrégation pour la doctrine de la foi ».

Cinq victimes dans la Loire 

Selon l'association "La Parole Libérée", cinq habitants de la Loire auraient été victimes du père Preynat.  Ils seraient âgés de 40 ans à 25 ans. Ces personnes auraient connus le père Preynat avant 1991, dans les paroisses de Neulise, Saint-Claire au Coteau et à Cours-la-Ville.

Parmi ces victimes présumées, Bertrand Virieux, le co-fondateur de l'association la Parole libérée. Selon lui, le cardinal Barbarin a tout fait pour étouffer l'affaire Preynat.

" En 1980,  j'ai été victime, si l'Église avait fait ce qu'il fallait dès 1978, je n'aurais pas été victime. Des dizaines de victimes l'ont été en toute connaissance de cause en laissant ce prêtre au contact d'enfants,  jusqu'en 2015. Mais la grande négligence, la grande faute, c'est d'avoir perpétué cet état de fait sans rien dire, ni aux parents, ni bien sûr à la justice. Ça c'est un avis personnel, je n'ai aucun doute sur le fait que le Cardinal Barbarin ait été informé dès son arrivée en 2002. Et d'ailleurs, si on regarde l'historique, il a commencé son exercice par aller dans la paroisse nouvellement ouverte du père Preynat. Je pense que ça a du sens quand même. Je n'ai pas de preuve, c'est un avis personnel, mais je n'ai aucun doute sur le fait qu'il connaissait le père Preynat et son passé probablement avant 2007-2008. J'espère que l'enquête permettra de le démontrer"- Bertrand Virieux, le co-fondateur de l'association la Parole libérée

Bertrand Virieux, le co-fondateur de l'association la parole libérée

Choix de la station

À venir dansDanssecondess