Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Barbarin - Preynat

Affaire Preynat : la justice dit non à une expertise psychologique complémentaire du prêtre

Ce jeudi, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Lyon a refusé l'expertise psychologique complémentaire demandée par l'avocat du Père Preynat. Le prêtre, qui est soupçonné d'agressions sexuelles sur mineurs, assure pourtant avoir été lui-même victime d'actes pédophiles dans son enfance.

Messe de réparation pour les victimes du père Preynat à Lyon, en 2016 (photo d'illustration)
Messe de réparation pour les victimes du père Preynat à Lyon, en 2016 (photo d'illustration) © Maxppp - Joël Philippon

Lyon, France

La décision de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Lyon est tombée ce jeudi : elle refuse l'expertise psychologique complémentaire demandée par l'avocat du Père Bernard Preynat. Le prêtre, qui a notamment officié dans le Roannais, est soupçonné d'actes pédophiles sur des mineurs. Il assure avoir été lui-même victime de ce type d'agissements et son avocat, Maître Frédéric Doyez, estime nécessaire de relire le dossier à la lumière de cette révélation.

"Le père Preynat a lui-même été victime quand il était enfant" - Son avocat, Maître Doyez

Joint par France Bleu, l'avocat assure néanmoins qu'il comprend la décision de justice : "La cour, dit-il, a refusé [sa] demande, dans un "souci de ne pas retarder davantage le procès. Mais, poursuit-il, il sera possible de demander cette expertise à l'instant où l'affaire sera audiencée, pour que cette question soit examinée car elle intéresse tout le monde et, au premier plan, les victimes qui ont le droit de connaitre la genèse du drame dont elle sont victimes et aussi de savoir comment l'auteur de ce drame a lui-même été victime quand il était enfant."

36 dossiers, huit cas retenus pour le futur procès

Maître Doyez confirme par ailleurs une information de nos confrères du Progrès : le parquet de Lyon requiert le renvoi du Père Preynat, non pas devant une cour d'assises mais devant le tribunal correctionnel pour des délits d’agressions sexuelles sur mineurs par auteur ayant autorité sur la victime. Sur les 36 victimes recensées dans le dossier, seul huit cas d'enfants abusés ont été retenus. Les autres cas (ndlr : trois victimes ont évoqué des fellations que leur aurait imposé le curé) sont prescrits. "Mais, souligne Maître Doyez, ça ne les empêchera pas d'être cités comme témoins lors du procès." Pour que le procès ait lieu, il faut au préalable qu'un juge d'instruction prenne une ordonnance de renvoi.