Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Bernard Preynat

Affaire Preynat : sept personnes citées à comparaître dont le cardinal Barbarin et le père Xavier Grillon

mardi 19 septembre 2017 à 0:01 Par France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Ce mardi marque la première étape de ce que certains appellent le "procès des silences". Sept personnes sont citées à comparaître. Elles devront s'exprimer à terme sur leur silence au moment des agissements du père Bernard Preynat sur des mineurs dans les années 1980, dans le Rhône.

Le cardinal Barbarin a célébré une messe de réparation pour les victimes du père Preynat en la cathédrale Saint Jean de Lyon en novembre 2016.
Le cardinal Barbarin a célébré une messe de réparation pour les victimes du père Preynat en la cathédrale Saint Jean de Lyon en novembre 2016. © Maxppp - max ppp

Roanne, Loire, France

La première étape du procès dit "des silences", dans l'affaire Preynat, a lieu ce mardi à Lyon. En janvier 2016, Bernard Preynat, muté dans le Roannais après le signalement de la famille de l'une de ses victimes, a été mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur plusieurs mineurs dans le Rhône jusqu'en 1991. Sept personnes vont maintenant devoir expliquer leur silence devant la justice : le cardinal Barbarin et six autres, dont le père Xavier Grillon, de Roanne, un temps vicaire en lien direct avec Bernard Preynat.

Le cardinal Barbarin et le père Xavier Grillon, par exemple, ne sont pas devant la justice parce qu'un juge ou le procureur l'a demandé, mais parce que dix membres de l'association "la parole libérée", qui défend les victimes de viols, les ont cités pour qu'ils viennent s'expliquer au tribunal. Ce qui est important dans cette démarche, c'est que très rapidement, une audience va s'ouvrir et des questions seront posées dans un tribunal aux sept personnes citées.

Un procès pour non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs

Que savaient-ils des agissements du père Preynat dans les années 80 ? S'ils étaient en situation de dénoncer, pourquoi n'ont-ils rien dit ? C'est un procès pour "non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs", un motif qui n'avait pas été retenu en 2016 quand la parole libérée avait déposé plainte, d'où cette nouvelle procédure.

Ce mardi, le juge devrait fixer un montant que payeraient les membres de l'association si leur procédure s'avérait abusive. Le temps des explications viendra vraisemblablement au début de l'année 2018.

→ À LIRE AUSSI : DOSSIER - Comprendre l'affaire Preynat