Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Merah

Procès Merah : la mère d'Abdelkader défend son fils avec acharnement, "elle ment comme elle respire"

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Indignation des familles de victimes ce mercredi après-midi après l'audition devant la Cour d'assises de Paris de la mère de Mohamed et d'Abdelkader Merah. Zoulikha Aziri a condamné les actes de son fils Mohamed tout en clamant l'innocence de son aîné Abdelkader, dans des propos confus.

Zoulikha Aziri, la mère de Mohamed et Abdelkader Merah, s'exprimait à la barre devant la Cour d'assises spéciale de Paris ce mercredi 18 octobre
Zoulikha Aziri, la mère de Mohamed et Abdelkader Merah, s'exprimait à la barre devant la Cour d'assises spéciale de Paris ce mercredi 18 octobre © AFP - JACQUES DEMARTHON

Moment important du procès d'Abdelkader Merah, le frère du "tueur au scooter", jugé pour "complicités" : la mère d'Abdelkader et de Mohamed Merah était entendue par la Cour d'assises spéciale de Paris ce mercredi après-midi.

Son audition s'est tenue dans une ambiance très tendue. Dans des propos confus, Zoulikha Aziri a demandé pardon aux victimes, dit "condamner les actes de son fils Mohamed", mais clamé avec acharnement l'innocence de son fils aîné, Abdelkader, dans le box des accusés.

"Abdelkader n'a rien à voir dans l'histoire qui s'est passée"

"Abdelkader n'a rien à voir dans l'histoire qui s'est passée. Ce qu'a fait Mohamed, c'est très grave mais il est mort", a-t-elle déclaré d'emblée. "Abdelkader, il était normal, ne posait pas de problème", a insisté Zoulikha Aziri au cours de ses 3h30 de témoignage, présentant Mohamed comme "un fou" pour expliquer ses actes. "Depuis tout petit, il a eu des problèmes. Il me disait : j'ai un homme qui me parle dans la tête".

La mère de la fratrie Merah a dépeint un Abdelkader "gentil à la maison" pratiquant "un islam normal". "C'est Mohamed qui était dans l'extrême de la religion", a-t-elle dit.

Zoulikha Aziri n'apportera aucune précision sur la connexion internet effectuées à son domicile le 4 mars 2012 vers 23h, sur une annonce postée par la première victime sur le site "Le Bon Coin" pour vendre sa moto, un point important de la procédure.

"Elle ment comme elle respire"

"Elle ment comme elle respire", se sont insurgées les parties civiles. "Les familles attendent la vérité depuis cinq ans", a hurlé Mehana Mouhou, avocat de la famille d'Imad Ibn Ziaten. "Vous êtes méchants, vous êtes de la merde", a lancé le frère du premier soldat tué par Mohamed Merah, en pleurs avant de quitter la salle.

Pour Ariel Goldmann, l'avocat de l'association Ozar Hatorah, son audition a été émaillée de mensonges. "C'est un déni permanent, même sur les questions qui lui ont déjà été posées" pendant l'enquête.

Ariel Goldmann, l'avocat de l'association Ozar Hatorah, au micro de Delphine Gotchaux (France Info)

"Entre son fils et la justice, elle a choisi son fils"

"C'est la mère d'un mort", a expliqué l'avocat de la Défense Me Dupond-Moretti. "Oui, cette femme a menti sur un certain nombre de points, c'est une évidence", mais "entre son fils et la justice, elle a choisi son fils", a-t-il ajouté en référence à la célèbre phrase d'Albert Camus.

Abdelkader Merah est jugé depuis le début du mois pour "complicité d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste". Il est soupçonné d'avoir aidé son frère à préparer les tueries qui ont causé la mort de sept personnes - trois militaires, trois enfants et un enseignant juifs - à Montauban et à Toulouse en mars 2012.

A ses côtés, Fettah Malki, un délinquant toulousain du quartier des Izards âgé de 33 ans, est lui renvoyé aux assises pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, pour avoir fourni à Mohammed Merah un pistolet mitrailleur Uzi, des munitions et le gilet pare-balles.

Zoulikha Aziri, la mère de Mohamed et Abdelkader Merah, s'exprimait à la barre devant la Cour d'assises spéciale de Paris ce mercredi 18 octobre - AFP
Zoulikha Aziri, la mère de Mohamed et Abdelkader Merah, s'exprimait à la barre devant la Cour d'assises spéciale de Paris ce mercredi 18 octobre © AFP - Benoit Peyrucq

Intrusion inquiétante dans le palais de Justice

En marge du procès de l'affaire Merah, deux personnes ont été placées en garde à vue ce mercredi, dont un homme qui aurait fait des repérages mardi dans le Palais de Justice. Il aurait franchi le contrôle de sécurité grâce au badge d'une employée du Palais qui est aussi en garde à vue.

L'homme se serait approché de la Cour d'assises où sont jugés Abdelkader Merah et Fettah Malki. Il serait lié à la filière islamiste des Buttes-Chaumont.

Choix de la station

France Bleu