Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Affaire "du bébé dans le coffre"

Affaire Séréna à Tulle : le parquet fait appel de la condamnation de la mère de la fillette

jeudi 22 novembre 2018 à 10:38 - Mis à jour le jeudi 22 novembre 2018 à 14:33 Par Géraldine Marcon, Delphine-Marion Boulle et Philippe Graziani, France Bleu, France Bleu Limousin et France Bleu Périgord

Le parquet a annoncé ce jeudi qu'il faisait appel du verdict prononcé le vendredi 16 novembre par les Assises de Tulle dans l'affaire du bébé retrouvé dans un coffre en 2013. Lors de son procès, la mère de Séréna a été condamnée à cinq ans d'emprisonnement dont deux ans de prison ferme.

Rosa Maria Da Cruz a été condamnée à 5 ans d'emprisonnement dont 2 ans de prison ferme.
Rosa Maria Da Cruz a été condamnée à 5 ans d'emprisonnement dont 2 ans de prison ferme. © Radio France - Nicolas Blanzat

Tulle, France

Il y aura bien un  un second procès devant les Assises pour la mère de la petite Séréna, ce bébé découvert dans un coffre de voiture en 2013 en grandes carences affectives et alimentaires. 

Le parquet a décidé de faire appel du verdict rendu le 16 novembre à l'encontre de Rosa Maria Da Cruz. La cour d'assises de La Corrèze a condamné la mère de Séréna à cinq ans d'emprisonnement dont trois ans avec sursis. Elle a également été déchue de ses droits sur la petite fille et incarcérée à l'issue du procès. 

Nouveau procès à Limoges

L'avocat général avait requis huit ans de prison contre Rosa Da Cruz, un suivi socio-judiciaire de cinq ans et la déchéance de l'autorité parentale sur Séréna. Comme le veut la règle ce nouveau procès sera dépaysé. Il aura lieu à Limoges probablement en 2019. Cet appel du parquet ouvre droit à Rosa Da Cruz de demander sa remise en liberté dans l'attente du procès.

Satisfaction chez les parties civiles

Les parties civiles ont accueilli l'annonce de cet appel avec satisfaction. Toutes avaient regretté la trop grande clémence du jury après l'annonce du verdict. "Où est la sanction si on peut ressortir immédiatement de détention ? " demande Isabelle Faure-Roche, avocate du Conseil départemental administrateur ad hoc de Séréna, rappelant que Rosa Da Cruz allait pouvoir bénéficier d'aménagements de peine, comme le bracelet électronique. De son côté Marie Grimaud, avocate de l'association "Innocence en danger" espère que ce nouveau procès permettra de juger Rosa Da Cruz "plus sereinement". Elle estime que le premier procès "mené au pas de course" que "le déni de grossesse avait envahi (...) a privé Rosa Da Cruz d'une prise de parole".