Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'affaire Sophie Le Tan

Affaire Sophie Le Tan : une association aux côtés de la famille après la découverte d'un corps en forêt

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

L'association ICARED a mené une quinzaine de "battues citoyennes" dans la forêt de Grendelbruch après la disparition de Sophie Le Tan en septembre 2018. Ses bénévoles épaulent toujours la famille de l'étudiante, en attendant les résultats des tests ADN pratiqués sur le corps découvert mercredi.

Recherches organisées au plan d'eau de la Ballastière à Bischheim par des citoyens pour retrouver des indices sur la disparition de Sophie Le Tan. 20 septembre 2018.
Recherches organisées au plan d'eau de la Ballastière à Bischheim par des citoyens pour retrouver des indices sur la disparition de Sophie Le Tan. 20 septembre 2018. © Radio France - Charlotte Jousserand

Grendelbruch, France

Les enquêteurs comptent sur l'ADN prélevé sur le corps découvert mercredi 23 octobre 2019 près de Grendelbruch, en pleine forêt, pour connaître et l'identité de la jeune victime et la date de sa mort.  Le corps démembré découvert par un promeneur,  un gendarme parti cueillir des champignons, pourrait être celui de Sophie Le Tan, la jeune étudiante disparue à Schiltigheim le 7 septembre 2018. 

Le principal suspect, Jean-Marc Reiser, fils de garde-forestier, connaît bien le massif vosgien. Les enquêteurs ont constaté que son téléphone avait "borné" dans la vallée de Schirmeck peu après la disparition de la jeune femme. Les traces de sang appartenant à Sophie Le Tan détectées sur sa scie laissent penser qu'il a pu découper le corps avant de le cacher.

Une quinzaine de "battues citoyennes" 

Le secteur de Grendelbruch a pourtant été passé au crible il y a un an, en octobre en novembre 2018, lors des battues lancées par l'association ICARED, une association de citoyens solidaires de la famille Le Tan. 

L'association ICARED "Initiative citoyenne d'aide et de recherche lors d'enlèvement et disparition", a organisé près d'une quinzaine de battues dans le secteur de Grendelbruch et de Heiligenberg. 

Ses bénévoles ont dû passer tout près des lieux de la découverte de mercredi dernier, estime Khadija Arratbi, la présidente de l'association : "on a vraiment, vraiment, cherché  du côté de Grendelbruch, du côté de Heiligenberg. On avait de forts doutes par rapport à ce secteur. Donc, s'il s'agit du corps de Sophie, la frustration est immense parce qu'on était tout proche..."

L'association toujours présente auprès de la famille de Sophie 

ICARED s'efforce d'accompagner la famille Le Tan dans cette nouvelle épreuve. "Le rôle primordial de notre association, c'est de soutenir la famille, d'être présents," insiste Khadija Arratbi. "Il faut digérer cette information. La famille est épaulée. Il y a des gens qui se relaient à leurs côtés, pour maintenir un semblant de vie normale".

Dans un communiqué publié vendredi 25 octobre, le procureur de Saverne, Philippe Vannier, rappelle que la prudence est mise, "dans l'attente du résultat d'investigations complémentaires", en particulier des recherches sur l'ADN collecté en forêt.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu