Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'affaire Sophie Le Tan

Affaire Sophie Le Tan : les enquêteurs suspendent leurs recherches

La police judiciaire suspend ses recherches sur le terrain. Sophie Le Tan, 20 ans, a disparu le 7 septembre 2018 alors qu'elle était partie visiter un appartement à Schiltigheim dans la banlieue de Strasbourg. Jean-Marc Reiser, le principal suspect incarcéré nie les faits.

Strasbourg : appel à la mobilisation pour retrouver Sophie Le Tan, la jeune femme disparue depuis le 7 septembre. Affiche sur un arrêt de tramway. 28 septembre 2018.
Strasbourg : appel à la mobilisation pour retrouver Sophie Le Tan, la jeune femme disparue depuis le 7 septembre. Affiche sur un arrêt de tramway. 28 septembre 2018. © Radio France - Blandine Costentin

Strasbourg, France

La police judiciaire suspend ses recherches sur le terrain pour tenter de retrouver Sophie Le Tan. L'étudiante âgée de 20 ans a disparu le 7 septembre 2018 alors qu'elle était partie visiter un appartement à Schiltigheim dans la banlieue de Strasbourg. C'est ce logement que louait Jean-Marc Reiser, le principal suspect incarcéré.

Des recherches sur le terrain sans résultats

Tous les secteurs où Jean-Marc Reiser est passé après la disparition de Sophie Le Tan ont été ratissés par les enquêteurs. Ce sont des endroits où le portable du suspect a borné : l'entrée de la vallée de la Bruche, Mutzig, Grendelbruch, Mollkirch ou Balbronn mais aussi l'Est et l'Ouest de l'Eurométropole, Lingoslheim et la Wantzenau. 

Des battues ont aussi eu lieu dans les Vosges du Nord où le suspect a passé son enfance. Ces recherches n'ont jamais rien donné et les enquêteurs ont donc décidé de ne plus concentrer leurs efforts sur ces battues.

Ils n'excluent pas de ratisser à nouveau le terrain si de nouveaux indices venaient à apparaître.

Un coup dur pour la famille

La famille et les proches de Sophie le Tan ont appris la décision dans la presse. Ils auraient préféré être informés par les enquêteurs de la police judiciaire. 

Pour Laurent, le cousin de Sophie Le Tan "c'est un coup dur, un choc pour la famille". Les proches de l'étudiante entendent, eux, maintenir leur présence sur le terrain en poursuivant les recherches, aidés par de nombreux bénévoles.

Certaines personnes proches de l'enquête sont convaincues que le présumé coupable n'aurait pas pris le risque de faire des kilomètres pour faire disparaître le corps de Sophie Le Tan, dans une forêt par exemple. Une thèse renforcée par la découverte dans la cave du suspect à Schiltigheim d'une scie électrique sur laquelle le sang de l'étudiante a été mis en évidence.

Compte-tenu des éléments du dossier : le profil du suspect principal muré dans ses dénégations, les traces génétiques, du sang de l'étudiante, retrouvées sur des outils, des effets personnels et dans l'appartement de Jean-Marc Reiser, l'instruction, sauf rebondissement, pourrait être bouclée d'ici la fin de l'année et le procès se tenir dès l'an prochain devant les assises du Bas-Rhin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu