Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'affaire Sophie Le Tan

Affaire Sophie Le Tan : les investigations de la police scientifique vont faire progresser l'enquête

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Les analyses ADN confirment que le corps trouvé en forêt de Grendelbruch le 23 octobre est bien celui de Sophie Le Tan. Les enquêteurs vont tenter de préciser les circonstances de sa mort. Pour le moment, les indices convergent vers un seul homme, Jean-Marc Reiser, dernier à l'avoir vue vivante.

La famille de Sophie Le Tan va pouvoir faire son deuil
La famille de Sophie Le Tan va pouvoir faire son deuil © Maxppp - Vincent VOEGTLIN

Strasbourg, France

Sophie Le Tan a disparu le 7 septembre 2018 à Schiltigheim, dans la banlieue de Strasbourg, après avoir visité un appartement mis en location par Jean-Marc Reiser, rue Perle. La jeune étudiante devait fêter ses 20 ans avec ses amis le soir même

Suspect n°1 dans l'enquête sur la disparition de Sophie Le Tan, Jean-Marc Reiser a été mis en examen pour "enlèvement, séquestration et assassinat". Il est actuellement en prison. 

Depuis son interpellation, le 15 septembre 2018, l'homme de 59 ans conteste avoir joué un rôle dans cette disparition. Pourtant, tout l'accable. 

Un suspect au lourd passé judiciaire

Sophie Le Tan est très certainement tombée dans un piège, une offre de location postée par Jean-Marc Reiser qui l'a amenée jusqu'à son appartement, dans le centre de Schiltigheim. L'homme a d'abord nié l'avoir reçue chez lui, puis, quand les enquêteurs ont découvert à son domicile des traces de sang appartenant à la jeune fille, il a modifié sa version. Il assure que l'étudiante s'est blessée à la main, qu'il l'a soignée avant de la laisser repartir.

Me Gérard WELZER, avocat de la famille Le Tan, évoque les charges accablantes qui pèsent sur le suspect

L'examen des restes retrouvés en forêt ce mercredi 23 octobre 2019 permettra aux enquêteurs de comprendre comment le corps de l'étudiante a été démembré. Rappelons que des traces de sang ont aussi été décelées sur une scie appartenant à Jean-Marc Reiser. Et que le portable du Schilickois a "borné" à Grendelbruch, à 40 km de Strasbourg, peu après la disparition de l'étudiante. 

Fils de garde forestier, il connaissait bien ce secteur du massif vosgien.

Son passé judiciaire, aussi, joue contre lui. L'homme a déjà connu les assises. Il a été condamné à 15 ans de prison pour viol en 2001, et acquitté dans un autre procès au bénéfice du doute après la disparition d'une jeune fille à Strasbourg en 1987.

Le poids de la police scientifique

Interrogé par France Bleu Alsace, l'avocat de Jean-Luc Reiser, Me Francis Metzger, estime que la découverte du corps de la jeune fille ne "signifie rien de particulier quant à l'éventuelle implication de Jean-Marc Reiser dans le décès de Sophie Le Tan".

Me Metzger, défenseur de Jean-Marc Reiser

Les enquêteurs vont pourtant pouvoir comparer la scie trouvée dans la cave du suspect et les restes découverts en forêt

Richard Marlet, commissaire divisionnaire honoraire, est un ancien responsable du service régional d'identité judiciaire de la préfecture de police de Paris. Ses anciens collègues, a-t-il expliqué à nos collègues de France Info, vont pouvoir faire progresser significativement l'enquête : "on peut peut-être imaginer que l'examen de ses ossements pourra donner une idée de l'arme qui a pu être utilisée". Les enquêteurs vont aussi, assure-t-il, rechercher "_les traces de l'outil qui a pu servir au démembrement (du corps). On va retrouver des traces de dents (de scie) sur un certain nombre d'os_." 

Le commissaire Richard Marlet, spécialiste de l'identité judiciaire

Le procureur de la République de Strasbourg, Yolande Renzi, doit s'exprimer sur l'enquête ce lundi

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu