Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Tariq Ramadan : "C'est moi qui suis harcelé", dit le théologien aux juges

jeudi 7 juin 2018 à 10:05 - Mis à jour le jeudi 7 juin 2018 à 10:49 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Le théologien Tariq Ramadan, mis en examen pour viol sur deux femmes, s'est exprimé devant les juges d'instruction mardi. Pour la première fois, il a admis des relations extra-conjugales, mais affirme qu'elles étaient consenties. Il évoque des "rapports de domination", dans un cadre de "complicité".

Tariq Ramadan, lors d'une conférence à Nantes en 2010.
Tariq Ramadan, lors d'une conférence à Nantes en 2010. © AFP - JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Lors de sa première audition par les juges d’instruction mardi, le théologien Tariq Ramadan, mis en examen pour viol sur deux femmes , s'est exprimé pour la première fois sur les faits qui lui sont reprochés. France Inter révèle, ce jeudi, que l'islamologue affirme être celui qui est "harcelé" : "Ce sont des femmes qui viennent me chercher (…). C'est moi qui suis harcelé", assure-t-il. Il a aussi affirmé aux juges se souvenir d'avoir été cité comme "l'un des hommes les plus sexy au monde."

Tariq Ramadan reconnaît des relations extra-conjugales, mais consenties

"Oui, il m’est arrivé d’avoir des relations extra-conjugales", a reconnu le théologien, qui admet des relations sexuelles avec cinq femmes, dont Marie, également connue sous le nom de Mounia, troisième à avoir porté plainte, au mois de mars, et dans le cas de laquelle il n'a pas été mis en examen.

En revanche, Tariq Ramadan a continué à nier toute relation physique avec les deux premières plaignantes, sans toutefois réussir à expliquer comment l'une d'elles a connaissance de sa cicatrice à l’aine. Le théologien a estimé que certaines femmes veulent le faire tomber, sous l’influence de ses ennemis, citant notamment Caroline Fourest ou encore Alain Soral.

Je ne suis pas un violeur" - Tariq Ramadan 

"Je ne suis pas un violeur", s'est défendu Tariq Ramadan devant les juges, parlant de "rapports fougueux, de domination", mais dans un "cadre de consentement et de complicité." 

La lecture de ces déclarations révèle également que le théologien a été très peu interrogé, lors de cette audition, sur la troisième plainte pour viol le concernant, pour laquelle il n'a, à ce stade, pas été mis en examen. En effet, à la fin de l'audition, les magistrats lui ont indiqué qu'il serait "interrogé ultérieurement" sur les faits de la troisième plainte, mais qu'il pouvait faire une déclaration sous le statut de témoin assisté.