Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire Théo : "Aujourd'hui, enfin la vérité arrive" dit son beau-frère

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

La Défenseure des Droits révèle dans une enquête qu'il y a eu de graves manquements et dysfonctionnements de la police au moment de l'affaire Théo. C'était en 2017, à Aulnay-sous-Bois en région parisienne, Théo était interpellé très violemment, avec une matraque dans l'anus.

Théo a été violenté en 2017 à Aulnay-sous-Bois lors d'une opération de police, il garde des séquelles à vie.
Théo a été violenté en 2017 à Aulnay-sous-Bois lors d'une opération de police, il garde des séquelles à vie. © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium/

Trois ans après l'affaire Théo, la Défenseure des Droits pointe des dysfonctionnements au sein de la police. La Défenseure des Droits a mené une enquête avec une équipe de juriste et a donc eu accès à tout le dossier d'instruction ce que révèle nos confrères du Monde. Elle pointe "des accumulations de comportements en contradiction totale avec la déontologie policière". Théo, c'est ce jeune noir qui en 2017, à Aulnay-sous-Bois, en région parisienne, avait été violenté lors d'une opération de police. L'un des policiers lui avait enfoncé une matraque dans l'anus, il avait aussi été blessé au crâne et au visage. Aujourd'hui il est handicapé. D'après l'enquête de la Défenseure des Droits, Théo aurait même subit des violences dans la voiture qui l'emmenait au commissariat avant d'être évacué en urgence à l'hôpital. A l'époque, le Président François Hollande s'était rendu à son chevet. Sur France Bleu Normandie, nous avions suivi cette affaire de prés car le beau-frère de Théo est un Havrais.

"Aujourd'hui, enfin la vérité arrive et on se rend compte que les dires de Théo étaient vrai"

ECOUTEZ La réaction de Johann Louvel, beau-frère de Théo et ancien directeur du centre de formation du HAC

Le beau-frère de Théo, Johann Louvel est l'ancien directeur du centre de formation du HAC. Il s'était déjà exprimé en 2017 sur notre antenne. Il rappelle que "ce jour là, Théo est sorti, parce que mon épouse, sa soeur lui demande d'amener une paire de basket à une amie. La Défenseure des Droits montre bien que ces quatre policiers étaient en dehors de toutes règles déontologiques. Comme ils l'avaient dit à l'époque, ils cherchaient à se faire un bamboula."

"ça fait trois ans que la famille a été salie, que Théo a été traité de menteur"

En octobre, trois des quatre policiers impliqués ont été renvoyés devant la cour d'Assises pour violences volontaires. Les faits ont été requalifiés, le parquet de Bobigny estimant que "les éléments constitutifs du crime de viol n'étaient pas réunis".

ECOUTEZ Johann Louvel, beau-frère de Théo et ancien directeur du centre de formation du HAC, à propos des violences policières

Johann Louvel tient à rappeler que ces quatre policiers et leur hiérarchie qui a couvert ces manquements graves et ces pratiques ne sont pas l'ensemble de la police Républicaine : "J'ai toujours eu du mal à comprendre pourquoi les syndicats de policiers les ont défendus. On veut défendre une corporation mais pour moi cela joue contre l'image des forces de l'ordre."

Ces quatre individus salissent l'image de la police."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess