Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Théo : trois des quatre policiers réintégrés, "un mauvais signal" pour le frère de Théo

lundi 29 janvier 2018 à 8:00 Par Solène de Larquier, France Bleu Paris et France Bleu

Tout juste un an après l'interpellation violente de Théo, à Aulnay-sous-Bois, trois des quatre policiers poursuivis par la justice viennent d'être réintégrés. Seul le quatrième policier, mis en examen pour viol, reste suspendu. Cette annonce choque la famille.

Rassemblement pour Theo au TGI de Bobigny le 28 octobre 2017.
Rassemblement pour Theo au TGI de Bobigny le 28 octobre 2017. © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium

Aulnay-sous-Bois, France

L'instruction est toujours en cours mais trois des quatre policiers mis en cause dans l'arrestation violente de Théo reprennent le travail a-t-on appris ce dimanche.  Les fonctionnaires avaient été suspendus il y a un an, quelques jours après l'interpellation à les faits. Lors de cette interpellation à Aulnay-sous-Bois le 2 février 2017, le jeune homme de 22 ans est grièvement blessé. L'un des policiers est même suspecté de lui avoir enfoncé sa matraque dans les fesses. Théo est hospitalisé pendant deux semaines. Cette affaire déclenche plusieurs nuits d'émeutes en Seine-Saint-Denis et des manifestations partout en France contre les violences policières.  

Si le fonctionnaire mis en examen pour viol reste suspendu, les trois autres policiers, inculpés pour violences volontaires en réunion, viennent d'être réintrégrés. Le premier est affecté à nouveau en Seine-Saint-Denis, le second muté en région et le troisième est en attente d'une affectation, en région aussi, selon son avocat Daniel Merchat. Il précise qu'il s'agit "d'une mesure administrative, distincte de l'enquête en cours". Les policiers restent placés sous contrôle judiciaire.

La réintégration des policiers "n'est pas normale" pour la famille de Théo

Cette annonce choque la famille. "Nous sommes tombés des nues" déclare à France info Mickaël Luhaka, le frère du jeune homme. "Théo le vit comme nous, très mal. On encaisse difficilement cette nouvelle." 

La réintégration des policiers est inquiétante selon Mickaël : "Pour nous, ce n'est pas normal. Ces policiers ont violenté, violé, insulté. Normalement ils doivent être suspendus le temps de l'enquête. On entend que la loi leur permet de travailler, d'accord, mais on prend ça comme une indication claire de là où veut aller la justice ou en tout cas le positionnement de la police dans cette affaire" ajoute le jeune homme.   

"Ce n'est pas seulement Théo ni même la famille qui ont été insultés. Toute la police a été insultée et bafouée par cet acte-là." condamne fermement Mickaël Luhaka.  

"C'est un très mauvais signal. Soit c'est du corporatisme, soit c'est de la bêtise. Pour nous c'est clairement de la bêtise" Mickaël Luhaka, frère de Théo

Mickaël Luhaka, le frère de Théo, choqué par la réintégration des policiers poursuivis

Mickaël Luhaka, ce vendredi, à Aulnay-sous-Bois - Radio France
Mickaël Luhaka, ce vendredi, à Aulnay-sous-Bois © Radio France - Rémi Brancato

Un expertise médicale bientôt conduite

Le quatrième policier, suspecté de viol, reste suspendu pour le moment. Il a été entendu pour la première fois par le juge d'instruction en octobre dernier, neuf mois après sa mise en examen.

Une expertise médicale sera bientôt conduite pour déterminer l'ampleur des blessures infligées à Théo. Maître Daniel Merchat, l'avocat de l'un des policiers annonce déjà : "Si l'infirmité permanente est retenue nous irons devant la cour d'assises mais nous allons demander une contre-expertise". Pour lui, l'affaire risque de prendre la forme d'une "querelle d'experts en balisitique et médicaux".

A LIRE AUSSI : nos articles sur l'affaire Théo