Faits divers – Justice

Affaire Trémège : La juge d'instruction s'intéresse à des "cadeaux" dont aurait bénéficié le maire UMP de Tarbes

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn mercredi 1 avril 2015 à 20:02

Gérard Trémège, au Conseil municipal de Tarbes (archives).
Gérard Trémège, au Conseil municipal de Tarbes (archives). © Maxppp - Rachel Barranco

L'architecte choisi pour construire les nouvelle halles de Tarbes aurait offert au maire un voyage à Venise et la location de bateaux de luxe. Gérard Trémège passe une deuxième nuit en garde à vue à la gendarmerie de Pau.

Gérard Trémège est toujours en garde à vue et devrait être déféré ce jeudi matin en compagnie de Joris Ducastaing, un architecte et son directeur des services de l'époque à la mairie de Tarbes, Michel Caillaud. Les trois devraient être mis en examen, tout comme les six autres gardés à vue l'ont été ce mercredi : quatre chef de service, l'adjoint à l'urbanisme Michel Forget et Isabelle Bonis, la compagne de Gérard Trémège.

Il est question de prise illégale d'intérêt, de favoritisme et de trafic d'influences. Et puis la juge s'intéresse beaucoup aux cadeaux dont a bénéficié le maire de la part de cet architecte Joris Ducastaing. Il est question d'un voyage à Venise, et aussi de location de bateaux de luxe.

Les explications de Daniel Corsand

Il y a aussi le couple qu'il forme avec Isabelle Bonis, directrice de la société d'économie mixte qui gère en quasi exclusivité les ravallements de facades de la ville, moyennant subventions municipales.

Rester maire de Tarbes ?

Deuxieme nuit en garde à vue pour Gérard Trémège. Il sera présenté ce jeudi à la juge. Il retrouvera la liberté ensuite, mais l'enjeu est maintenant de savoir s'il sera autoriser à fréquenter les autres acteurs de ce dossier. Pourra-t-il encore se rendre en mairie, et donc gérer la ville de Tarbes ?