Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Trémège : le maire de Tarbes entendu à Pau par un juge d'instruction ce mercredi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Béarn

Le maire de Tarbes (LR), Gérard Trémège, est mis en examen depuis quatre ans maintenant pour favoritisme, prise illégale d'intérêt et trafic d'influence passif. Il a une nouvelle fois été entendu par le juge d'instruction chargé de l'enquête ce mercredi.

Gérard Trémège, maire de Tarbes, a été entendu plusieurs heures par le juge d'instruction au tribunal de Pau.
Gérard Trémège, maire de Tarbes, a été entendu plusieurs heures par le juge d'instruction au tribunal de Pau. © Maxppp - Rachel Barranco

Pau, France

L'instruction avance, lentement, mais elle avance. Il y a quatre ans et demi maintenant Gérard Trémège a été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête du parquet sur les attributions de plusieurs marchés publics de la mairie de Tarbes. Et après deux jours de garde à vue, le maire de Tarbes a été mis en examen, ainsi que huit autres personnes, dont sa compagne Isabelle Bonis mais aussi son directeur général des services, Michel Caillaud. Depuis, c'est un juge d'instruction qui enquête. Ce dernier a entendu le maire de Tarbes pendant plusieurs heures ce mercredi après-midi dans son bureau du palais de justice de Pau. 

La réaction de Gérard Trémège après son audition à Pau

"L’entretien a été particulièrement constructif", a réagi ce jeudi Gérard Trémège. "J’ai pu apporter des précisions qui, je l’espère cette fois, seront entendues."

Je suis quand-même, vous l’avez compris, au centre de l'affaire. Je suis la cible, si je puis dire. 

Le maire de Tarbes a précisé que comme il l’avait dit en conseil municipal, "il y a une nouvelle juge qui a été chargée de l’affaire, celle qui s’en occupait ayant été mutée ailleurs. Cette nouvelle juge a souhaité interroger plusieurs des personnes mises en cause, pour parfaire son information et l’instruction des dossiers."

Résumé des épisodes précédents

Le 30 mars 2015, Gérard Trémège est en garde à vue. Pendant 48 heures il va devoir répondre aux questions des gendarmes sur plusieurs marchés publics. Au-delà des quelques dossiers évoqués dans cette affaire, c'est tout un système qui est dans le collimateur du parquet de Pau. On soupçonne du trafic d'influence, du favoritisme et des cadeaux en échange. Il est notamment question de voyages dans les îles. Gérard Trémège est mis en examen ainsi que sa compagne Isabelle Bonnis. Joris Ducastaing un architecte est également poursuivi, ainsi que Michel Caillaud, le directeur général des services de la mairie de Tarbes, Michel Forget, l'adjoint à l'urbanisme et quatre chefs de services.

Procès ou pas

Gérard Trémège est ressorti libre de sa garde à vue après le paiement d'une caution 150 000 euros. Il a fait appel de ce cautionnement sans succès. Depuis le dossier est resté dans le secret du cabinet du juge d'instruction chargé de l'enquête après ces mises en examen du printemps 2015. Silence ou immobilisme, l'instruction n'est toujours pas close quatre ans et demi après l'ouverture de l'information judiciaire. 

Gérard Trémège a tenu à rappeler que "depuis 5 ans il ne s’est rien passé. Je pense que dans les prochains mois, ou avant quelques années, on connaîtra l’issue de cette affaire. En tout cas, cet entretien ne pourra qu’améliorer la situation de plusieurs des personnes mises en cause."

L'audition de Gérard Trémège ce mercredi montre au moins que le dossier n'est pas enterré. Et même qu'il pourrait bien animer les débats avant les élections municipales de mars 2020.

Choix de la station

France Bleu