Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Procès de l'affaire Troadec : Hubert Caouissin, un accusé paranoïaque, "ancré dans le passé"

Lors de ce deuxième jour d'audience, la cour d'assises de Loire-Atlantique s'est penchée sur la personnalité de Hubert Caouissin, 50 ans. Il est jugé pour le quadruple meurtre de la famille Troadec en février 2017 à Orvault. Paranoïaque, l'accusé croit toujours à l'histoire du vol des lingots d'or.

La cour a examiné la personnalité d'Hubert Caouissin toute la journée La cour a examiné la personnalité d'Hubert Caouissin toute la journée
La cour a examiné la personnalité d'Hubert Caouissin toute la journée © Radio France - Anne Patinec

Toute la journée, la cour d'assises de Loire-Atlantique a examiné la personnalité du principal accusé Hubert Caouissin, 50 ans, qui est jugé pour le quadruple meurtre de Pascal et Brigitte Troadec son beau-frère et sa belle-soeur et de leurs enfants Sébastien et Charlotte, en février 2017 à Orvault près de Nantes. 

Publicité
Logo France Bleu

Une mère alcoolique, tyrannique

Ce passé, c'est tout d'abord une enfance "où il n'avait pas sa place dans la famille" à Brest. Dernier d'une fratrie de quatre, l'accusé évoque un père aimant décédé alors qu'il a 32 ans "qui fait tout à la maison". "Notre mère est tyrannique, alcoolique, elle buvait du rosé tous les jours après ma naissance et faisait régner la terreur à la maison. Atteinte du syndrome de Diogène, elle gardait tout, même les barquettes en plastique". Agée de 82 ans, la vieille dame aux cheveux blancs assiste à l'audience. Mais elle ne parlera pas car "_elle déforme tout" s_elon son fils qui n'a pas souhaité qu'elle témoigne. "Vous lui en voulez ? " demande la présidente Karine Laborde. Il bredouille et fond en larmes "c’est enfoui, je ne laisse pas ça remonter, ça fait mal. Je suis toujours ancré dans le passé, il y a des transitions qui ne se sont pas faîtes". 

Des larmes à plusieurs reprises

Des larmes, Hubert Caouissin va en verser à d'autres reprises. Notamment quand il évoque la mort de  Sébastien et Charlotte "bien sûr que je les aimais". Il pleure encore quand il évoque le cancer de sa compagne Lydie rencontrée en 2006 :  "on ne savait pas si elle allait s'en tirer ou pas; on allait de catastrophes en catastrophes". Il parle aussi longuement de son fils, maladif, harcelé à l'école, qui avait parfois des excès de violence. 

Croit toujours à l'existence du magot

Les mois qui précèdent le drame d'Orvault montrent un couple fragile, paranoïaque qui se replie sur soi, sur son fils déscolarisé, qui se cache dans sa ferme de Pont-de-Buis (Finistère) : " la peur a pris le pas sur tout". Hubert Caouissin ne supportant plus aucun bruit veut vivre au calme. Technicien à l'arsenal de Brest, il sort d'un burn-out qui a duré trois ans.  C'est aussi un homme compulsif chez qui on a retrouvé 800 000 images pornographiques : "je télécharge tout dans un délire compulsif". 

Mais c'est aussi une famille obsédée par ce sentiment de spoliation : "J’avais peur que Pascal et Brigitte nous envoient un tueur .Parce que mon garçon c’est un ayant-droit du magot qu’ils ont volé. La cible c’était d’abord mon fils puis nous si on les gênait". Quand la présidente lui demande s'il croit toujours aujourd'hui à l'existence du trésor, il répond: "pour moi ça a toujours existé. Il a été volé par Pascal et Brigitte. Je venais chercher des informations à Orvault car ils cherchaient à nous nuire. Je ne venais pas me battre. Ce qui s'est passé là-bas, c'est de la folie" 

Comment il a pu gober ça

Ce mardi soir, les proches d'Hubert Caouissin sont venus témoigner. Pour son frère Jean-Noël, "il  sombré dans un délire qui ne lui ressemble pas, lui qui est cartésien. Comment il a pu gober ça !". L'homme pleure "j'ai honte, comment je n'ai pas pu voir un changement chez lui". Il ajoute que concernant leur mère "ce qu'il a raconté est exagéré". Des larmes qui font du bien aux parties civiles selon Me De Oliveira, l'avocate des soeurs de Brigitte Troadec. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu