Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Affaire Troadec : les collègues de Hubert Caouissin le trouvaient "bizarre" à son retour de vacances

Lors de ce septième jour d'audience, Hubert Caouissin a campé sur ses positions malgré plusieurs incohérences soulignées par la présidente Karine Laborde. En fin de journée, ses ex-collègues ont évoqué un "homme discret qui était bizarre à son retour de vacances".

Le ton est monté en fin de journée au sujet du carnet où Lydie Troadec consigne tout Le ton est monté en fin de journée au sujet du carnet où Lydie Troadec consigne tout
Le ton est monté en fin de journée au sujet du carnet où Lydie Troadec consigne tout © Radio France - Anne Patinec

Lors de ce septième jour d'audience, la cour d'assises de Loire-Atlantique a une nouvelle fois examiné les faits reprochés à Hubert Caouissin et Lydie Troadec. Des photos de la reconstitution du drame dans le pavillon d'Orvault ont été diffusées sur un écran. On voit notamment Hubert Caouissin, vêtu d'un blouson rouge et d'un bonnet,  un pied de biche à la main , frapper les "figurants" qui représentent les quatre victimes. Puis, on l'aperçoit mettant des mannequins dans le coffre de la voiture. 

Publicité
Logo France Bleu

Pressé de questions et parfois mis face à des incohérences, l'ex-technicien de l'arsenal de Brest maintient la version qu'il défend depuis le début, sans aucune émotion : "il n'a pas voulu tuer la famille Troadec, il voulait récupérer des informations pour les dénoncer à Tracfin et mettre fin aux menaces sur son fils". Il évoque encore de ce fameux trésor que personne n'a jamais vu : "L'origine du problème c'est la manne, s'il n'y a plus de manne, il n'y a pas de problème". 

Ne connaît pas l'affaire De Ligonnès

Lors de sa reprise du travail à Naval Group à Brest, après ses vacances (et après le drame) , Hubert Caouissin consulte un article sur l'affaire de Ligonnès sur son ordinateur : "je ne connaissais pas cette affaire; le lien m'a été proposé par Google" se défend l'accusé.  Ses anciens collègues qui témoignent à la barre évoquent un "homme discret, gentil mais qui était tracassé, bizarre à son retour de vacances". Il ne tient pas en place, est plus énervé que d'habitude. L'un d'eux raconte : "il m'a dit qu'il avait fait une connerie pendant ses vacances, qu'il s'était laissé embarquer dans quelque chose qui le dépassait. J'ai posé des questions, mais il ne m'a rien dit de plus". Un jour, le technicien arrive au travail le crâne et les sourcils rasés. Il explique qu'il a été brûlé par un retour de flammes. 

Le ton monte avec le carnet de notes de Lydie

En début de soirée, la présidente Karine Laborde est revenue sur un carnet de notes dans lequel Lydie Troadec a consigné énormément d'informations concernant la famille d'Orvault, dans lequel elle appelle Pascal son frère "la crapule " et Brigitte "la grosse dondon". Dans cet agenda, elle décrit des objets présents dans la maison de son frère : la boîte à musique de Charlotte, une balle de golf dans un tiroir, un piano... Elle recopie aussi des relevés de comptes à partir de documents que Hubert Caouissin aurait ramenés d'Orvault  après les faits et qu'il lui aurait demandé de recopier. Des notes où elle continue de détailler le train de vie de Pascal et Brigitte. "Ils sont tous morts et vous continuez à prendre des notes sur leur train de vie, vous voulez donc paraître comme un monstre froid" s'énerve Charlotte Gazzera l'avocate générale. "Vous m'insultez, je ne suis pas un monstre froid" répond la quinquagénaire en larmes. A plusieurs reprises, le ton monte. Hubert Caouissin accuse son ex-compagne de mentir, qu'il ne lui a jamais demandé de noter quoi que ce soit :"Lydie note tout et n'importe quoi". La quinquagénaire maintient sa version "non , je ne mens pas".

Ce jeudi, la cour d'assises doit notamment entendre Renée Troadec, la mère de Pascal et Lydie en visio-conférence. Elle ne s'est pas constituée partie civile. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu