Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Vincent Lambert

Affaire Vincent Lambert : l'arrêt des soins a commencé, colère de la mère

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu, France Bleu Champagne-Ardenne

La procédure d'arrêt des soins a commencé ce lundi 20 mai 2019 pour Vincent Lambert selon des sources concordantes citées par l'AFP. Le patient hospitalisé dans un état végétatif à Reims depuis dix ans est devenu un cas emblématique du débat sur la fin de vie en France.

"Ce sont des monstres", a réagi ce lundi matin Viviane Lambert, la maman de Vincent
"Ce sont des monstres", a réagi ce lundi matin Viviane Lambert, la maman de Vincent © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

L'arrêt des soins a commencé ce lundi matin pour Vincent Lambert, cet ancien infirmier de 42 ans, tétraplégique et hospitalisé au CHU de Reims dans un coma végétatif depuis un accident de la route en septembre 2008. 

La famille a été informée par le docteur Vincent Sanchez et l'équipe de l'unité de soins palliatifs. La procédure a débuté comme annoncé le 11 mai dernier par le médecin traitant du patient. 

Elle consiste à interrompre l'alimentation et l'hydratation de Vincent Lambert et de procéder à une sédation profonde et continue comme le prévoit la loi Léonetti sur la fin de vie. La mort survient alors en quelques jours. 

Ce sont des monstres

"Ils sont en train de le tuer, ils sont en train de le tuer sans rien nous avoir dit, ce sont des monstres", s'est indignée la mère de Vincent Lambert face à la presse devant l'hôpital Sébastopol de Reims 

"On a reçu un mail, poursuit-elle, ils nous ont dit qu'ils avaient commencé ce matin, qu'ils avaient arrêté l'hydratation. Ce sont des monstres, dites-leur que ce sont des monstres. Des monstres !" "On s'en va, je veux voir mon fils, il est encore pas trop endormi, je veux voir mon fils", a-t-elle lancé.

Depuis des années, les parents de Vincent Lambert, fervents catholiques, demandent à ce que leur fils, qu'ils considèrent handicapé, soit placé dans une unité spécialisée. 

Mais son épouse Rachel et d'autres frères et sœurs dénoncent un "acharnement thérapeutique". Il réclamaient l'arrêt des soins, une position validée fin avril par le Conseil d'Etat.

Nouveaux recours judiciaires des parents

Les parents de Vincent Lambert ont saisi ce lundi matin la Cour européenne des droits de l'Homme selon une procédure d'urgence pour demander le maintien des soins prodigués à leur fils. Dans l'après midi, cette nouvelle requête a été rejetée faute d'élément nouveau. 

Viviane et Pierre Lambert ont également saisi le Conseil d'Etat, qui a confirmé avoir reçu la requête mais n'a pour l'heure pas encore donné sa réponse. 

Les parents de Vincent Lambert s'opposent à ce qu'ils appellent une "euthanasie déguisée". Ce dimanche, ils avaient appelé à un rassemblement devant l'hôpital de Reims. Quelque 200 personnes s'étaient réunies à leurs côtés pour demander le maintien des traitements. 

La décision relève de l'appréciation des médecins - Emmanuel Macron

Samedi, Me Jean Paillot et Me Jérôme Triomphe, les avocats des parents de Vincent Lambert, ont imploré Emmanuel Macron de maintenir les traitements, qualifiant la mort programmée du patient de "crime d'Etat commis au prix d'un coup de force contre l'Etat de droit".

Le Président de la République a estimé ce lundi qu'il ne lui appartenait pas de "suspendre une décision qui relève de l'appréciation de ses médecins et qui est en conformité avec nos lois".  

Sur sa page Facebook, Emmanuel Macron rappelle que "la décision d'arrêter les soins a été prise au terme d'un dialogue permanent entre ses médecins et sa femme, qui est sa tutrice légale" et "en application de notre législation qui permet de suspendre les soins en cas d'obstination déraisonnable".

Vidéo polémique de Vincent Lambert

Une vidéo de Vincent Lambert a été diffusée ce lundi sur le site de Valeurs actuelles, où la mère est au chevet de son fils. Les images auraient été tournées en 2015. Les avocats de Rachel Lambert comptent déposer plainte pour atteinte à la vie privée.  

Cette diffusion "n'est pas respectueuse pour la personne de Vincent", a réagi son neveu François Lambert, favorable à l'arrêt des traitements, qui se dit "assez serein, impatient que ça se termine".  

Pour son avocat Me Gerard Chemla, "au lieu d'aller vers le recueillement et la sérénité qu'imposent le deuil, on se retrouve de nouveau dans une situation d'acharnement judiciaire et médiatique".

Vincent Lambert : les dates-clés. - Visactu
Vincent Lambert : les dates-clés. © Visactu