Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Vincent Lambert

Affaire Vincent Lambert : la justice ordonne une nouvelle expertise médicale

jeudi 19 avril 2018 à 16:21 - Mis à jour le vendredi 20 avril 2018 à 19:08 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a examiné ce jeudi 19 avril le recours déposé par les parents de Vincent Lambert contre la décision d'arrêter les traitements de leur fils. La décision était attendue ce vendredi, mais les juges ont ordonné une expertise médicale.

L"audience a débuté ce jeudi à 9 h 30 devant le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne.
L"audience a débuté ce jeudi à 9 h 30 devant le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne. © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne doit statuer sur le recours des parents de Vincent Lambert contre la décision d'arrêt des traitements de leur fils. Le 9 avril dernier, le médecin en charge de Vincent Lambert s'est prononcé une nouvelle fois pour l'arrêt des traitements du patient, hospitalisé depuis septembre 2008 au CHU de Reims, dans un état végétatif irréversible. Une décision qui consiste à arrêter l'alimentation et l'hydratation de Vincent Lambert et lui "administrer une sédation profonde et continue jusqu'au décès". 

Le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne devait rendre sa décision ce vendredi, mais les juges ont décidé de se laisser du temps donc. Le Tribunal ordonne en effet une expertise médicale supplémentaire qui devra se faire dans un délai d'un mois une fois le collège de 3 médecins formé. 

Il n'existe pour Vincent Lambert depuis 5 ans qu'un projet de mort -- Maître Jérôme Triomphe, avocat des parents de Vincent Lambert

Depuis l'annonce du médecin le 9 avril, prise à l'issue d'une procédure collégiale initiée depuis septembre 2017, les parents de Vincent Lambert évoquent une _"condamnation à mort"_, et un comité de soutien a même été mis en place. A l'audience jeudi, les avocats des parents ont brandi la tribune publiée dans le Figaro et signée par 70 médecins qui dénoncent une "euthanasie qui ne dit pas son nom" concernant Vincent Lambert. "Vincent Lambert est dans une situation d'abandon thérapeutique, ce sont les spécialistes qui le disent : 70 spécialistes dans une tribune qui contestent le fait qu'on ne traite pas Vincent comme il le devrait, dans une unité spécialisée... il n'existe pour Vincent Lambert depuis 5 ans qu'un projet de mort", souligne Maître Jérôme Triomphe, qui défend Pierre et Viviane Lambert. 

Une instrumentalisation de l'opinion publique -- Maître Desmarais, avocat du CHU de Reims 

Devant le tribunal administratif jeudi, l'avocat du CHU de Reims Maître Desmarais a dénoncé une "instrumentalisation de l'opinion publique", précisant ainsi que les 70 médecins signataires de la tribune n'avaient "jamais vu ou examiné Vincent Lambert". De son côté, l'avocat du neveu de Vincent Lambert (François Lambert) dénonce une volonté de déplacer le débat vers l'euthanasie. "Le médecin a expliqué en quoi et pourquoi sur le plan clinique et médical il était en présence d'une obstination déraisonnable, le débat il n'est que là... _le débat n'est pas sur la fin de vie_", insiste Maître Mourad Benkoussa.