Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire du docteur Vouaillat

Affaire Vouaillat : le chirurgien abandonne les poursuites contre ses anciens patients

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie

L'avocat du chirurgien grenoblois visé par 27 plaintes de la part d'anciens patients passés sous son scalpel annonce ce samedi qu'il abandonne les poursuites en diffamation lancées en mai dernier contre quatre plaignants ainsi que plusieurs médias.

Maître Bernard Boulloud affirme que ces poursuites étaient à l'époque la seule façon de défendre son client
Maître Bernard Boulloud affirme que ces poursuites étaient à l'époque la seule façon de défendre son client © Radio France - Valentine Letesse

Grenoble, France

Le Docteur Vouaillat abandonne les poursuites contre ses anciens patients. Ce chirurgien grenoblois avait été suspendu 18 mois par le conseil de l'ordre et visé par 27 plaintes suite à des opérations aux conséquences catastrophiques. Il avait contre-attaqué le 10 mai dernier en attaquant en diffamation 4 de ses ex-patients. L'un d'entre-eux, Christophe Fuselier, est décédé ce 24 octobre. L'avocat du médecin, maître Bernard Boulloud, annonce ce samedi l'abandon des poursuites.

Maître Bernard Boulloud, avocat du docteur Vouaillat

Les directeurs de la publication de 20 Minutes et du Dauphiné Libéré et la rédaction du Parisien étaient également visés par ces plaintes. Pour l'avocat du docteur Vouaillat, ces attaques en diffamation étaient la seule façon de défendre son client face aux dénonciations dans les médias de ses ex-patients : "Nous n'avions pas d'autre moyen. La justice n'a pas protégé le docteur Vouaillat. [...] Il n'y avait que ça à faire. Ça les a calmés, l'objectif premier a été atteint."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu