Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Wissam El-Yamni : le préfet interdit la manifestation prévue au jardin Lecoq à Clermont-Ferrand !

vendredi 17 novembre 2017 à 18:45 Par Eric Le Bihan et Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne

Selon nos informations, Jacques Billant a tranché. Le parc public est fermé tout le week-end empêchant la tenue de la cérémonie d'hommage que souhaitaient organiser ce samedi le comité de soutien et la famille de Wissam El-Yamni, avec l'accord de la municipalité.

Le parc Lecoq fermé tout le week-end à Clermont-Ferrand
Le parc Lecoq fermé tout le week-end à Clermont-Ferrand © Radio France - Eric Le Bihan

Clermont-Ferrand, France

Le préfet du Puy-de-Dôme en avait appelé à la responsabilité de chacun des acteurs en leur enjoignant d'annuler l'hommage à Wissam El-Yamni dans un communiqué publié jeudi soir. Jacques Billant évoquait les risques de tensions qu'une telle cérémonie pourrait créer dans la ville de Clermont-Ferrand. La décision de fermer le jardin Lecoq est intervenue à l'issue d'une réunion ce vendredi après-midi en préfecture. Toutes manifestations dans l'enceinte et aux abords du parc sont interdites ce samedi.

Le communiqué  - Aucun(e)
Le communiqué - @Préfecture Puy-de-Dôme

Muré dans le silence depuis jeudi, Olivier Bianchi a également fait parvenir un communiqué (ci-dessous) en début de soirée. Le maire dit prendre acte de la décision de Monsieur le Préfet du Puy-de-Dôme, tout en déplorant les déclarations de tous ceux, qui ces derniers jours, par inconséquence, radicalité idéologique et/ou instrumentalisation politicienne, ont attisé les tensions.

Le communiqué du maire de Clermont-Ferrand - Aucun(e)
Le communiqué du maire de Clermont-Ferrand - @ Ville de Clemront-Ferrand

Suite au communiqué du préfet du Puy-de-Dôme, les syndicats de police ont fait part de leur satisfaction. "C'était une décision attendue par tous les policiers clermontois, on est satisfait" se félicite Frédéric Saby secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police FO. "Malheureusement cela aurait été plus simple que le maire annule. Aujourd'hui le contrat de confiance entre la police nationale clermontoise et le maire de Clermont est largement rompu" poursuit le responsable syndical.

Le contrat de confiance entre les policiers de Clermont et le maire est largement rompu" Frédéric Saby du syndicat unité SGP Police FO

Jeudi, le premier représentant de l’État avait reçu plusieurs représentants des organisations syndicales de la police du département du Puy-de-Dôme. Ces derniers ont fait part de l'émoi généré dans leurs rangs par la décision du maire de Clermont-Ferrand. Indignations également d'une partie de la classe politique.

Hier tard dans la soirée la famille El Yamni et le Comité Justice et Vérité pour Wissam ont publié un communiqué :

"Nous, famille et soutiens de Wissam El Yamni, avions souhaité, avec l’accord de la municipalité réaliser une cérémonie en son souvenir. Nous saluons l’humanité et la considération dont à faire preuve Monsieur le Maire. Jusqu'à présent nous nous étions abstenus de tout appel public et de réponse aux dénaturations de notre projet d’hommage. Presque 6 ans après la mort de Wissam, la plantation d’un arbre se voulait une pause dans la quête de vérité et le symbole de notre tentative d’apaisement. Cet évènement avait pour but de lui redonner son identité de fils, de frère, de mari, d’ami. Des syndicats de police ont déclaré vouloir “relayer un appel à la contre manifestation”. Cette campagne excessive orchestrée par des policiers a conduit le préfet, au prétexte d’ordre public à prendre un arrêté d’interdiction. Respectueux des lois de la République, comme nous l’avons toujours été, nous ne pouvons que nous conformer à cette décision mais nous déplorons que les clermontois soient inutilement privés de l'accès au jardin Lecoq comme nous déplorons les intimidations envers la famille El Yamni. Néanmoins il est sidérant que face aux lobby policier, les autorités de l’Etat estiment ne pas être en capacité de faire respecter la liberté de réunion et de manifestation. Nous sommes attachés à l’Etat de Droit mais nous ne pouvons que constater que ce groupe de pression obtient gain de cause auprès du plus haut représentant de l’Etat qui s’avoue ainsi impuissant à faire respecter la légalité républicaine et les libertés fondamentales."