Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire Yanis : 28 ans de réclusion requis contre le beau-père de l'enfant

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Aux assises du Pas-de-Calais, l'accusation a requis vendredi 28 ans de réclusion à l'encontre de Julien Masson, accusé d'avoir tué Yanis, 5 ans, à Aire-sur-la-Lys, lors d'une punition. Pour l'avocat général, l'intention d'homicide est caractérisée.

Le procès de l'affaire du petit Yanis se tient toute la semaine devant les assises du Pas-de-Calais à St Omer
Le procès de l'affaire du petit Yanis se tient toute la semaine devant les assises du Pas-de-Calais à St Omer © Radio France - Claire Mesureur

Au procès de la mort de Yanis, devant les assises du Pas-de-Calais, l'accusation a requis vendredi 28 années de réclusion criminelle à l'encontre de Julien Masson. Le beau-père de l'enfant est accusé de l'avoir tué lors d'une punition dans la nuit du 5 au 6 février  2017 à Aire-sur-la-Lys. Il comparaît depuis lundi pour "homicide volontaire" et pour des violences régulières. 

Elle a également réclamé un suivi socio-judiciaire de cinq années avec injonction de soins.

Pour l'avocat général, l'intention d'homicide est caractérisée, alors que le petit garçon était victime de coups multiples, et qu'une hypothermie grave a contribué à son décès. Le drame était en effet survenu alors qu'il avait emmené l'enfant courir au bord d'un canal, par une température de cinq degrés, pour le punir d'avoir fait "pipi au lit". Yanis avait été retrouvé avec de nombreuses contusions, une dent cassée, des traces de strangulation et une plaie sanguinolente au cuir chevelu.

Après avoir maintenu la thèse de l'accident, l'accusé a reconnu jeudi sa responsabilité, tout en niant toute intention criminelle.

Le ministère public a également requis cinq ans de prison dont 30 mois de sursis probatoire d'une durée de trois ans à l'encontre de la mère Emilie Inglard pour ne pas avoir empêché le crime. 

L'avocat général a souligné qu'elle avait "gravement failli le soir des faits."

Elle a affirmé n'avoir "pas pris conscience" à temps des violences de son compagnon, dont elle était dépendante, selon les experts psychologues.  Elle a dit devant la cour lui faire une confiance aveugle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess