Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire Yanis : le beau-père du petit garçon, mort parce qu'il avait fait pipi, nie toute intention homicide

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Dans la nuit du 5 au 6 février 2017, le corps sans vie du petit Yanis, 5 ans, est retrouvé près d'Aire-sur-la-Lys. Il est en slip et en chaussettes, il avait été puni pour un pipi au lit. Son beau-père est jugé devant les assises du Pas-de-Calais pour meurtre, sa mère pour n'être pas intervenue.

Le procès de l'affaire du petit Yanis se tient toute la semaine devant les assises du Pas-de-Calais à St Omer
Le procès de l'affaire du petit Yanis se tient toute la semaine devant les assises du Pas-de-Calais à St Omer © Radio France - Claire Mesureur

Dans le box des accusés de la cour d'assises du Pas-de-Calais à St Omer ce lundi, le beau père du petit garçon, Julien Masson. Il avait 30 ans en 2017, c'est lui qui a infligé la punition mortelle à Yanis parce-qu'il avait fait pipi au lit. Les pompiers retrouveront le corps de la petite victime près du cabanon que Julien Masson tentait d'aménager sur un terrain près du canal de la Lys.

"Je ne voulais pas le tuer", dit aujourd'hui le beau-père dès l'ouverture de son procès. "Il ne se passe pas une journée sans que j'y repense" ajoute Julien Masson qui "attend depuis trois ans de pouvoir s'expliquer".

Au cours de la première journée d'audience, les jurés ont découvert la personnalité de l'accusé. "Egoïste", dit sa soeur, "un tyran" selon sa mère qui vient à la barre des témoins déclarer haut et fort: "ce n'est pas le garçon que j'ai aimé quand il était petit, _c'est un tueur d'enfant_, ce n'est plus mon fils"

Il a couru pendant une demi-heure à moitié nu

"Vivre avec la mort de Yanis, c'est encore plus dur que la détention" déclare celui qui est décrit comme impulsif et ne supportant pas la contradiction. Il baisse la tête et tente de dissimuler ses larmes face à la vindicte de sa mère et à l'indifférence de son père.

Les avocats de la défense vont tenter de faire la démonstration d'un absence totale d'intention homicide
Les avocats de la défense vont tenter de faire la démonstration d'un absence totale d'intention homicide © Radio France - Claire Mesureur

"Je vais devoir vivre avec ça toute ma vie, je ne sais même pas si j'aurai encore envie d'avoir des enfants alors que j'en ai toujours rêvé".

Ecouter: Gabriel Dumesnil est l'un des avocats de Julien Masson

Yanis s'est effondré après avoir dû courir pendant plus d'une demi-heure, en pleine nuit et par 5 degrés, vêtu de son seul slip et de ses chaussettes. Mais les médecins légistes ont également relevé un traumatisme crânien consécutif à plusieurs coups qu'il aurait reçus sur la tête.

Une mauvaise mère ?

Aux côtés de Julien Masson, dans le box des accusés de la cour d'assises, Emilie Inglard, la maman de Yanis. Elle avait 23 ans en 2017. "On a voulu me coller l'étiquette d'une mauvaise mère sur le dos, mais si j'avait pu penser une seule seconde qu'il était en danger je ne l'aurais pas laissé partir".

Elle était là cette nuit là. Les deux adultes et l'enfant partageaient le même lit dans ce cabanon sans eau ni électricité. Et quand Julien Masson est sorti avec le petit garçon à moitié nu, elle s'est rendormie. Pourtant tous les témoins entendus à l'époque, et même sa mère devant les assises, viennent dire qu'elle était fusionnelle avec son fils. "Elle aussi cherche des réponses" explique son avocate, Me Fleur Bridoux.

Les jurés ont jusqu'à la fin de la semaine pour tenter de comprendre eux aussi.

Ecouter: compte rendu de la première journée d'audience

Choix de la station

À venir dansDanssecondess