Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire Zecler : le parquet de Paris requiert la détention provisoire pour les trois policiers

-
Par , France Bleu Paris

Le parquet de Paris requiert la mise en examen des quatre policiers impliqués dans le tabassage du producteur.

Rémy Heitz requiert la détention requise pour trois policiers.
Rémy Heitz requiert la détention requise pour trois policiers. © Radio France - DR

Le parquet requiert la mise en examen des quatre policiers du XVIIè arrondissement notamment pour "violences volontaires ayant entraîné une ITT de moins de 8 jours, avec arme, en réunion, accompagnées ou suivies de propos à caractère raciste, par personne dépositaire de l'autorité publique".

Le parquet de Paris a requis ce dimanche la mise en examen des quatre policiers mis en cause dans le passage à tabac d'un producteur de musique noir et le placement en détention provisoire de trois d'entre eux, en confiant la suite des investigations à un juge d'instruction.
La détention provisoire des trois agents soupçonnés d'avoir porté des coups au producteur Michel Zecler est demandée pour "éviter un risque de concertation entre les auteurs ou de pressions sur les témoins", a expliqué le procureur de la République de Paris Rémy Heitz. Le parquet réclame que le quatrième agent, soupçonné d'avoir jeté une grenade lacrymogène dans le studio, soit placé sous contrôle judiciaire.

La justice n'a donc pas été convaincue par les explications de ces fonctionnaires de polices. Eux-mêmes ont reconnu que les coups portés au producteur de musique avaient été disproportionnés par rapport à la situation. Ils se sont justifient en expliquant qu'ils avaient eu peur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess