Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Nordahl Lelandais

Affaire Nordahl Lelandais : Arthur Noyer, un caporal exemplaire honoré à Chambéry

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Mercredi, Nordahl Lelandais a été mis en examen pour l'assassinat d'Arthur Noyer. Le bataillon du caporal lui a rendu hommage ce vendredi matin.

L'état major du 13ème BCA rend hommage au soldat assassiné.
L'état major du 13ème BCA rend hommage au soldat assassiné. © Radio France - Christophe Van Veen

C'est l'hommage de toute une communauté très soudée. Ce vendredi matin, dans la caserne du 13e bataillon de chasseurs alpins (BCA) à Barby, près de Chambéry, une minute de silence et les drapeaux en berne ont honoré la mémoire du caporal Arthur Noyer, disparu depuis avril dernier. 

Drapeaux en berne
Drapeaux en berne © Radio France - Christophe Van Veen

Mercredi, le procureur de la République de Chambéry Thierry Dran révélait le tragique destin du jeune homme de 23 ans. Son crâne a été retrouvé début septembre par un promeneur sur un chemin de randonnée. Les recherches d'ADN ne l'ont identifié que le 18 décembre, en pleine garde à vue du Savoyard Nordahl Lelandais. Cet homme a été mis en examen pour l'assassinat du caporal, alors qu'il l'était déjà pour l'enlèvement de la petite Maëlys.

Un chasseur alpin exemplaire et prometteur

Signe de la médiatisation extrême de l'affaire Lelandais, une dizaine de caméras et près d'une trentaine de journalistes n'ont pas manqué la conférence de presse du bataillon ce vendredi matin.

Une affaire très médiatique.
Une affaire très médiatique. © Radio France - Christophe Van Veen

L'état-major du 13e BCA a refusé de commenter le fond de l'enquête - "la Justice doit suivre son cours" - , mais a tenu à rendre hommage à la personnalité de la victime. Arthur Noyer a participé à l'opération Sentinelle puis à une mission en Nouvelle Calédonie où il a révélé tous ses talents, y compris dans la cohésion du groupe lors de karaokés. Arthur Noyer, jovial et très engagé, faisait l'unanimité.

Le 13ème bataillon : une institution
Le 13ème bataillon : une institution © Radio France - Christophe Van Veen

"Sportif accompli, épris de montagne, très impliqué depuis ses débuts en 2014, Arthur Noyer s'est vite fait remarquer par son rôle moteur et par son aptitude au commandement", explique le capitaine Thibaut qui avait sous ses ordres le jeune homme.  

Arthur Noyer avait une autorité naturelle et reconnue, au point qu'il lui a été proposé d'intégrer le cursus des sous-officiers, juste avant sa disparition.

Disparu, pas déserteur

Dès qu'il ne s'est pas présenté au regroupement du matin, en avril, le BCA a contacté les gendarmes qui ont pris tout de suite au sérieux la disparition. "Le manquement à l'appel n'était pas normal, pas dans les habitudes de ce militaire exemplaire". Les camarades du bataillon ont même participé à des battues. 

Le colonel Emmanuel Deligne, qui commande 950 chasseurs, tient à souligner que "même si l'administration a suivi son cours", Arthur Noyer a toujours été considéré comme "disparu" et "pas comme un déserteur", ainsi qu'il fut déclassé par l'Armée. 

Le colonel Deligne : " Pour nous, Arthur Noyer a toujours été disparu", pas déserteur.

Un choc pour la communauté militaire

Le bataillon de Chambéry a reçu la famille du jeune garçon assassiné. L'état-major dit avoir toujours informé ses troupes. Selon le capitaine Thibaut, "l'annonce même de la disparition d'Arthur était déjà un choc." Le colonel Deligne témoigne d'un "sentiment de fatalité, mais pas de vengeance. On va de l'avant et on fait confiance à la Justice." Il reconnaît cependant que "ça faisait neuf mois que tout le monde attendait de bonnes nouvelles". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess