Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des agents d'entreprises de sécurité privées armés ? La loi le permet

dimanche 30 septembre 2018 à 20:23 Par Philippe Boccara, France Bleu Provence

Le texte de loi est sorti il y a quelques mois mais le sujet suscite beaucoup d’interrogations. Faut-il que dans certaines circonstances les surveillants de sociétés privées soient armés ? En effet depuis le 1er janvier 2018, ils peuvent être équipés d’une arme.

Mot clé : la vigilance
Mot clé : la vigilance © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Marseille, France

Cela dans le cas précis où ils assurent  la protection d’une personne exposée à des risques exceptionnels et qui peuvent porter atteinte à leur vie. Cette disposition très attendue dans l’univers de la sécurité privée  fait partie  de la loi sur la sécurité publique du premier  mars 2017. Elle avait assoupli les règles de légitime défense pour les policiers .

Il  faut toutefois bien faire la distinction entre les deux principales fonctions. D’une part les agents de protection rapprochée. Ils ont désormais le droit de porter une arme  dans la mesure où les risques sont exceptionnels, avec bien sûr une formation. D’autre part, les agents de sécurité privée, ou vigiles comme on les appelle, peuvent eux aussi disposer d’armes de poing, c’est-à-dire pistolet ou revolver par exemple. Mais cela uniquement dans des circonstances définies par le préfet. Des circonstances où leur vie peut être mise en danger. Si ce n’est pas le cas, pour se protéger et protéger autrui, ils peuvent utiliser des armes non létales, c’est-à-dire qui ne peuvent pas tuer ou blesser mortellement. Par exemple, des matraques ou encore des aérosols paralysants ou des gaz lacrymogènes. 

En Provence, la plupart des sociétés de sécurité privée n’ont pas armé leurs agents. Selon le responsable de l’une d’entre elles, "si on veut porter une arme, on va dans la police".

Du côté de la direction du centre commercial des Terrasses du Port, où 10 vigiles sont présents en permanence, c’est non. Sa directrice a d’autres priorités en matière de sécurité, notamment une meilleure formation des personnels et une efficience accrue des systèmes de vidéosurveillance.