Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Agrandissement en vue pour l’école de gendarmerie de Dijon

lundi 29 janvier 2018 à 21:42 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Le 24 janvier dernier, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, annonçait une bonne nouvelle pour Dijon : l'État va investir 25, 7 millions d'euros à l'école de gendarmerie installée sur l'ancienne base aérienne 102 à Longvic. De l'argent qui permettra à l'école de prendre de l'ampleur.

Un bâtiment récent de l'école de gendarmerie de Dijon-Longvic. D'autres seront construits.
Un bâtiment récent de l'école de gendarmerie de Dijon-Longvic. D'autres seront construits. © Radio France - Jacky Page

Longvic, France

L'école de gendarmerie de Dijon va s'étoffer. Installée sur le site de l'ancienne base aérienne 102 à Longvic, elle va bénéficier entre 2018 et 2020 d’une enveloppe de 25, 7 millions d'euros. Ouverte en septembre 2016, l’école accueille actuellement 750 élèves gendarmes et 200 cadres. Mais en 2020-2021 elle devra être en mesure de recevoir 1300 élèves et stagiaires, et 300 cadres. 

D'où les travaux attendus par le colonel Bertrand François, commandant l'école de gendarmerie de Dijon : « on va rénover des bâtiments que nous a laissés l’armée de l’air, en construire d’autres, parce que l’existant n’est pas suffisant. Faire aussi des travaux de canalisations, parce que la base est ancienne. De façon à ce qu’on puisse accueillir ces 1300 élèves ou stagiaires. Il faudra les loger et les nourrir. C’est absolument énorme ».

Exercice d'intervention sur un véhicule suspect dont le conducteur se révèle armé et agressif - Aucun(e)
Exercice d'intervention sur un véhicule suspect dont le conducteur se révèle armé et agressif - Photo CNFSP de Dijon

La formation continue appelée à un fort développement

Il faut dire aussi que si au départ, l'école devait assurer la formation initiale des élèves gendarmes, elle comporte désormais un volet de formation continue en pleine expansion. Les gendarmes agents de police judiciaire peuvent s'y former par exemple à la négociation, ou encore à la façon d'intervenir pour des violences conjugales. Un programme de 30 stages avec 60 participants démarre la semaine prochaine. Il est même envisagé de faire appel à des comédiens pour des mises en situation plus réalistes.

Le lieutenant-colonel Eric Spillmann dirige le centre National de formation à la Sécurité Publique, et il attend un fort développement de ces activités : « à partir de janvier 2019, il y aura à Dijon, la formation continue pour les gradés de la gendarmerie, et le stage préparatoire au premier commandement. A l’horizon 2019, entre 4000 et 4600 personnes passeront pour la formation continue sur le site de Dijon. » En janvier 2019, le centre national de formation au commandement va déménager de Rochefort, en Charente-Maritime, pour s'installer sur le site de l'école dijonnaise qui deviendra la plus importante de France.

Un champ de tir très attendu

Et puis les gendarmes ont besoin d'un lieu pour s'entraîner au tir. Si, sur place, ils disposent du nécessaire pour l’entraînement avec des armes de poing, avec des munitions à billes de peinture, ils n’ont rien pour le tir avec des fusils d’assaut qui nécessitent une distance de 200 mètres. Une étude est en cours pour le champ de tir d’Epagny qui servait à l’entraînement air-sol des avions de l’armée de l’air, et que la gendarmerie souhaite transformer en champ de tir, utilisable non seulement par l’école de Dijon, mais aussi par le GIGN, la région de gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté, et pourquoi pas par la police nationale. En attendant, c'est dans une société de tir civile, l'Étoile auxonnaise, à Auxonne, que les élèves gendarmes vont s'entraîner.