Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agressée à cause de sa jupe : la police doute, l'étudiante strasbourgeoise maintient sa version

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Les enquêteurs ont des doutes sur la véracité de son histoire. Elisabeth, l'étudiante strasbourgeoise, a dit avoir été agressée au visage le 18 septembre parce qu'elle portait une jupe. Mais rien ne le prouve.

Elisabeth affirme avoir été insultée et frappée au visage par trois hommes à Strasbourg, pour la simple raison qu'elle portait une jupe
Elisabeth affirme avoir été insultée et frappée au visage par trois hommes à Strasbourg, pour la simple raison qu'elle portait une jupe © Radio France - Luc Dreosto

A ce jour, les enquêteurs ne disposent d'aucun élément matériel confirmant que trois hommes l'ont frappée parce qu'elle était en jupe. Elisabeth avait témoigné sur France Bleu Alsace quelques jours après les faits. Concernant le lieu de l'agression, Elisabeth leur donne une première adresse : quai des Alpes. Ils visionnent les images des caméras de vidéosurveillance mais ils ne trouvent rien. 

50 heures de vidéo épluchées par les policiers

Ils rencontrent à nouveau la jeune femme. Elle leur précise alors qu'elle s'est trompée : elle était plus proche de son domicile. Les enquêteurs examinent d'autres caméras et épluchent 50 heures de vidéo : un travail colossal pour une affaire comme celle-là, selon un policier. Mais sur les images, on ne voit ni Elisabeth, ni les trois hommes.

Autre fait troublant, Elisabeth explique qu'une quinzaine de personnes ont assisté à la scène, mais personne ne lui est venu en aide ou n'a appelé les secours. L'appel à témoins n'a rien donné non plus. Les enquêteurs commencent sérieusement à douter de son témoignage. 

"Est-ce que je me suis réveillée comme ça avec d'un œil au beurre noir ?" - Elisabeth

Elisabeth, que France Bleu Alsace a contactée ce mercredi après-midi, affirme dire la vérité : "Est-ce que je me suis réveillée comme ça avec d'un œil au beurre noir ?" Elle se dit abasourdie par la violence de certains commentaires sur les réseaux sociaux. 

L'enquête se poursuit. Pour l'instant, Elisabeth est la seule à avoir été entendue dans cette affaire. Elle fait partie du groupe Stras Défense, collectif controversé créé cet été sur Facebook, qui se présente comme apolitique et lutte contre le harcèlement de rue. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess