Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agressée par son ex-compagnon, elle n'est pas secourue par la police à Ruelle en Charente

-
Par , France Bleu La Rochelle

Que s'est-il passé exactement dimanche au jardin public de Ruelle, près d'Angoulême ? Une femme dit avoir été agressée par son ancien compagnon, et la police aurait refusé de venir à son secours. En fait, la réalité n'est pas si tranchée, et les policiers s'expliquent sur la gestion des urgences.

Toutes les patrouilles de police étaient occupées ce jour-là
Toutes les patrouilles de police étaient occupées ce jour-là © Maxppp - Vincent VOEGTLIN

Sur les faits en eux-mêmes, la réalité est établie, d'autant plus que la victime a enfin accepté de porter plainte mardi matin, et trois témoins ont été entendus : dimanche après-midi, dans ce parc municipal à Ruelle-sur-Touvre près d'Angoulême, elle a rencontré son ancien compagnon, dont elle est séparée. Le père voulait embrasser ses enfants, ce qu'il a pu faire, mais la discussion a rapidement dégénéré. L'homme est devenu menaçant, puis violent, la prenant brutalement par la nuque, alors qu'elle sortait son téléphone portable pour appeler la police. Puis, il a pris la fuite. 

La gestion des urgences

Elle a fait le 17, le numéro d'urgence, et là son interlocuteur lui a expliqué pourquoi les policiers ne pouvaient pas intervenir. Pourquoi ils ne pouvaient pas, et non ne voulaient pas intervenir, insiste le Directeur Départemental de la Sécurité Publique. A ce moment-là, toutes les patrouilles étaient occupées par une toute autre affaire, considérée comme urgente. Les services de police ont depuis repris contact avec la victime, lui conseillant de porter plainte, ce qu'elle ne voulait pas au départ. Elle n'a pas non plus voulu être examinée à l'hôpital. Reste une question : que se serait-il passé si la victime avait été gravement blessée sous les coups de son compagnon ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess